SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée |

Saint-Denis : rassemblement et audience intersyndicale à la mairie
Article publié le 6 février 2014

PDF - 408.6 ko
Audience et rassemblement du 6/02 - communiqué intersyndical St-Denis
2014-02-06_CP-SUD-mairie Voir le communiqué intersyndical

Une centaine de participants, enseignants, parents et territoriaux, devant la mairie dont nous avons envahi le hall pour fuir la pluie.
Environ 1500 signatures remises à M. Proult, l'adjoint au maire chargé de l'enseignement, par les 5 syndicats SUD Education, SUD territoriaux, SNUIPP, SNUDI-FO et FO territoriaux.
Une délégation d'une vingtaine de personnes ("maximum 10"!) reçue par l'adjoint et son équipe technique.
Une heure et demie de dialogue de sourd:
  • très explicitement, nous demandions que la mairie s'engage avec nous pour refuser l'application des rythmes dans la ville;
  • très confusément, M. Proult nous a gratifié de grands discours sur ses engagements politiques personnels pour une école républicaine de l'égalité des résultats, a glosé sur l'engagement de la ville pour davantage de moyens...

Mais les rythmes? D'abord, il a admis que la réforme était mauvaise.
Mais pourquoi l'appliquer? C'est qu'en tant que gestionnaire, il se doit d'appliquer un décret.
Mais l'engagement politique? Mais les nombreux maires qui constituent le front du refus?
Finalement, après une heure et demie, poussé dans ses retranchements, il a fini par le dire: il est pour cette réforme, il estime qu'elle vaut mieux que la situation actuelle.

Alors les élèves épuisés qui s'endorment en cours dans les 5 villes du 93 qui ont appliqué? Des simulateurs?
Alors les parents inquietés par une réforme qui accroît les inégalités entre territoires? Des inconscients?
Alors les personnels territoriaux qui voient leurs missions augmenter sans leurs moyens? Des conservateurs?
Et nous, les enseignants, qui voyons nos conditions de travail dégradées (encore!), nos salles de classe envahies, nos élèves méprisés, notre école s'éloigner toujours plus de ce qu'elle devrait être? Des corporatistes? Des égoistes?

C'est manifestement ce que pense M. Proult, qui seul, de sa mairie, a raison contre nous tous.

La lutte continue! Prochain rendez-vous le 13!