SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Réforme des retraites | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée |

Découvrir SUD éducation 93

Agenda


Réformes Blanquer, moyens : en grève et en AG le 4 avril !
Article publié le 1er avril 2019

 

Pour des moyens pour l’éducation en seine-Saint-Denis et contre les réformes Blanquer SUD éducation appelle tous les personnels, dans le premier et dans le second degré, à se mettre en grève jeudi 4 avril et à rejoindre les établissements et villes déjà mobilisées.

Dans la suite de la grève interpofessionnelle du 19 mars et des mobilisations qui ont lieu dans le département depuis maintenant plusieurs mois, des écoles, collèges et lycées sont en grève à partir du lundi 1er avril, à Saint-Denis, La Courneuve, Montreuil...

Jeudi une manifestation régionale aura lieu l’après midi à Paris. Le matin des assemblées générales de grève et des actions locales auront lieu dans les villes du 93. Nous appelons tous les personnels à y participer.

=> à Bobigny à 10h à la Bourse du travail 1 place de la Libération salle R2

=> à Bondy à 13h au lycée Jean Renoir 11 rue Frémin

=> à Bagnolet/Montreuil à 10h à l’école élémentaire Danton 127 bis rue de Rosny à Montreuil

=> à Epinay-sur-Seine à 10h au collège Roger Martin du Gard 7 rue des Solivats

=> à La Courneuve à la Maison Marcel-Paul, 77 avenue de la République

=> à Pantin à 9h30 à la Bourse du travail 197/201 avenue Jean Lolive métro Eglise de Pantin

=> à Saint-Denis à 10h à la Bourse du travail 9/11 rue Génin


 

Des assemblées générales de grève auront lieu à la fin de la manifestation à la bourse du travail de Paris pour décider des suites en Seine-Saint-Denis et dans l’Ile-de-France. Il est important d’y être nombreux-euses et mandaté-es par sa ville ou son établissement !


Appel de la fédération SUD éducation du 29 mars - https://www.sudeducation.org/En-greve-en-reconduction-suivant-les-dates-decidees-en-AG-de-personnels-En.html

L’heure est à la mobilisation ! Les personnels de l’Éducation nationale, et en particulier du premier degré, l’ont bien compris en se mettant en grève le 19 mars de manière très forte. Les prises de conscience se multiplient.

Contre la loi Blanquer
L’adoption par l’Assemblée nationale de la loi Blanquer est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. En s’entêtant à porter ce texte pourtant rejeté au Conseil supérieur de l’éducation, notamment par SUD éducation, le ministre montre le mépris qu’il a pour les personnels.
Le débat parlementaire réactionnaire et nauséabond a eu pour conséquence l’obligation d’afficher le drapeau dans les salles de classes. Le projet prévoit la création des nouveaux “Établissements publics des savoirs fondamentaux”, ce qui entraîne de fait la suppression du statut de chargé-e de direction d’école et l’introduction d’un-e nouveau-elle supérieur-e hiérarchique aux enseignant-e-s des écoles, les principaux-ales. Elle entraînerait aussi des fusions d’écoles et fermetures de classes, notamment dans les zones rurales.
Les réformes menées par le gouvernement sont cohérentes. Elles mettent toujours plus en œuvre une école du tri social, de la sélection et des inégalités territoriales : Parcoursup, réforme du lycée professionnel, démantèlement de l’orientation, réforme du lycée général et technologique, réforme du bac. Dans le même temps, le gouvernement continue d’attaquer le statut de la fonction publique avec le projet de loi pour la transformation de l’État : augmentation du recours aux personnels contractuels produisant une catégorie de travailleur-euses pauvres, démantèlement des commissions paritaires de suivi des carrières et des CHSCT. Plus largement, les conditions de vie des personnels se dégradent et sont encore menacées : point d’indice gelé, rétablissement du jour de carence, retraites.

Une mobilisation massive
En se mettant massivement en grève le 19 mars, les personnels, en particulier du premier degré, ont signifié au gouvernement leur refus des réformes en cours, et en particulier de la loi Blanquer, au cœur des mots d’ordre.
Les taux de grévistes ont été très importants dans le premier degré, et ils ont été significatifs dans le second degré. Dans de nombreux départements, des assemblées générales ont réuni plus de cent grévistes, parfois jusqu’à plusieurs centaines. Que ce soit par le nombre de grévistes, le nombre de personnes en manifestation ou en assemblée générale, cette mobilisation est le signe de la volonté de la construction d’un rapport de force majeur.
Le gouvernement tente par tous les moyens d’intimider les personnels mobilisés, notamment :
• les enseignant-e-s des écoles qui ont refusé de faire passer les évaluations ;
• les personnels qui pratiquent la surnotation en lycée ;
• plus largement, les personnels qui s’organisent avec les parents dans la lutte contre les réformes Blanquer.

Cette volonté de mise au pas, le ministre tente de l’introduire dans la réglementation par le biais de l’article 1 de la loi Blanquer. Nous ne nous laisserons pas intimider !

Construire et amplifier le rapport de force
Pour gagner, une seule journée de grève ne suffit pas. C’est ce qu’ont bien compris les grévistes réuni-e-s en assemblée générale, qui ont posé de nouvelles dates de grève dans le paysage. Partout, ces dates sont envisagées comme autant de points d’appui pour construire la grève reconductible. Pour SUD éducation, une chose est claire : c’est aux grévistes de décider de leur calendrier de mobilisation, et SUD éducation les soutiendra dans les choix effectués. Les dates du 30 mars avec les parents et du 4 avril doivent nous permettre de mobiliser pour être massivement en grève et en manifestation, et construire la grève reconductible !

SUD éducation appelle à :
• la constitution d’assemblées locales regroupant les personnels et les parent d’élèves des écoles, établissements scolaires pour se coordonner, 1er et second degré, organiser des actions en commun afin de construire la grève générale dans l’éducation par bassin géographique.
• la constitution d’une coordination nationale et la grève reconductible ;
• participer aux manifestations prévues le 30 mars, dans le cadre des calendriers de mobilisation décidés en AG ;
• se mettre en grève massivement la date du 4 avril ; à mettre en œuvre les actions décidées par les personnels, notamment les actions en direction des DSDEN et des rectorats.
• mettre en débat la grève et sa reconduction sur nos lieux de travail, dans toutes les écoles et les établissements, les AG locales.
• construire d’ores et déjà la grève des examens.
• avec les Gilets Jaunes, à continuer de lutter pour le partage des richesses, la transition écologique et la transformation sociale.


Appel de l’assemblée générale de grève d’Ile-de-France du 28 mars

Appel de l’AG Éducation inter-degrés d’Île-de-France du jeudi 28 mars

BLANQUER DOUTE ? PAS NOUS ! ENSEMBLE BOUSCULONS-LE !

L’AG Éducation inter-degrés d’Île-de-France du jeudi 28 mars a réuni plus de 50 enseignant.e.s de 26 établissements, écoles ou universités et une parente. L’AG a compté autant de représentants de lycées et collèges que d’écoles. Ces derniers avaient pour la plupart participé à l’AG de grève parisienne 1er degré du matin : 220 PE dont plus d’un tiers reconduisant le 29 mars afin de mobiliser pour la manifestation de samedi, et d’étendre le mouvement d’ici le jeudi 4 avril, journée de grève nationale inter-degrés dans l’Éducation.

L’AG à confirmé sa plate forme inter-degrés adoptée le 19 mars (ci-dessous), organisé la fusion des commissions de l’AG Paris 1er degré et de l’AG IDF inter-degrés, et débattu des actions.

L’AG Éducation inter-degrés IDF appelle :

1) Construction de la mobilisation

- à étendre le mouvement dans les AG de ville / arrondissement / circonscription ainsi que les réunions avec les parents d’élèves, en réalisant des tournées de collèges, de lycées et d’écoles, en associant personnels du 1er degré, du 2nd degré et parents et en n’hésitant pas à reconduire la grève pour ce faire ;

- à déposer des intentions de grève jusqu’aux vacances dans le 1er degré ;

- à rechercher, en maintenant l’indépendance de l’AG, l’unité la plus large possible avec les syndicats, Stylos Rouges,associations de parents, Gilets Jaunes, en les invitant comme observateurs aux AG et en leur proposant la réciproque.

Vidal et Blanquer nous font la guerre : de la maternelle à la fac, on contre-attaque !

2) Samedi 30 mars, à participer massivement sur la base des revendications de l’AG IDF Éducation inter-degrés à la manifestation Éducation au Panthéon dans un cortège commun des établissements et écoles en lutte, à 14h au croisement rue Soufflot / rue Saint-Jacques, et à se rejoindre en tête de la manifestation

3) Jeudi 4 avril :

- à faire du jeudi 4 avril un nouveau temps fort de grève inter-degrés, et à mettre partout en débat la question de sa reconduction

- à participer massivement à la manifestation régionale en y formant un cortège commun des écoles et établissements en lutte

- à participer ce jeudi 4 avril à une action en solidarité avec les collègues de Toulouse réprimé-e-s pour avoir bloqué leur rectorat. Une « commission action » inter-degrés est mandatée pour l’organiser : restez à l’affût !

- à se réunir en AG Éducation inter-degrés IDF à 17h à la Bourse du Travail de Paris, réunissant les personnels grévistes du 1er et du 2nd degré pour décider des suites de la grève