SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Agent-es | Anti-répression | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Violences sexistes et sexuelles | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | COVID-19 |

PAS DE PROTOCOLE ? PAS D’ÉCOLE ! 
Article publié le 26 mars 2021

 







Communiqué des professeur·es en droit de retrait du collège Diderot d’Aubervilliers


Le 26/O3/2O21

Les professeur·es du collège Diderot ont constaté ce jour l’absence de nettoyage de l’établissement, les agent·es d’entretiens sont en effet en éviction Covid. Malgré ce nouvel obstacle au respect du protocole, la direction de l’établissement a fait le choix de maintenir l’établissement ouvert et de mettre ainsi en danger les personnels et les élèves. L’ensemble de la salle des professeur·es a déploré ce choix, ainsi que l’absence d’information, et une partie d’entre elle a décidé de se mettre en droit de retrait afin de refuser de se faire complice d’une gestion criminelle de la situation sanitaire.

Déjà en novembre, nous avions usé du droit de retrait et de grève afin d’obtenir un protocole sanitaire à la hauteur, réclamant des mi-groupes, des embauches et des réquisitions de lieux pour limiter les flux de circulation et la propagation du virus. Le ministère de l’éducation a fait le choix conscient de n’accorder aucun moyen et de ne pas adapter l’éducation à la situation grave de la pandémie. L’ensemble de la société en fait aujourd’hui les frais de façon dramatique.

Par ailleurs, nous n’avons aucune visibilité sur la circulation du virus dans l’établissement, aucune campagne de dépistage n’a en effet été effectué jusqu’à ce jour malgré la forte circulation du virus dans le département. Le DASEN et le ministère ferment les yeux sur les situations de clusters.

Nous ne pouvons plus attendre ! Pour maintenir à la fois la sécurité de chacun et la qualité des enseignements, nous demandons :

  • un fonctionnement en demi-classes qui permette de limiter la circulation du virus,
     
  • une attention particulière portée à la situation des élèves et des personnels concerné·es par la liste des pathologies les rendant vulnérables au virus,
     
  • des moyens humains d’encadrement (AED, AESH, enseignants) et d’entretien en nombre suffisant, un recrutement de personnels de santé et la mise en place d’équipes de remplacement,
    ​​​​​​​
  • que les personnels d’éducation soient considéré comme personnel prioritaire à la vaccination.

Il nous paraît important par le biais de ce communiqué d’informer les familles des conditions d’accueil fortement dégradées dans lesquelles sont reçus les enfants.

Enfin par ce communiqué nous souhaitons réaffirmer tout notre soutien au personnel hospitalier qui vit en première ligne l’absence de mesures face à la situation.