SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Agent-es | Anti-répression | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Violences sexistes et sexuelles | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | COVID-19 |

Nous personnels en grève du lycée Alfred Nobel avons le devoir d’alerter sur l’insalubrité et les conditions déplorables dans lesquelles on nous demande d’enseigner.
Article publié le 8 décembre 2021

Nous, personnels en grève du lycée avons le devoir d’alerter sur l’insalubrité, l’insécurité et les conditions déplorables dans lesquelles notre Ministère de la Confiance nous demande d’enseigner.
Nous avons alerté à de nombreuses reprises des difficultés rencontrées depuis la rentrée. Il devient impossible de faire cours dans des conditions sereines de travail et cela a un impact non négligeable et considérable sur notre pédagogie. Ces conditions pénalisent lourdement nos élèves dans leurs apprentissages. C’est pourquoi, face à ces conditions intenables et déplorables, nous sommes en grève ce mardi 7 décembre.

Voici une liste non exhaustive des problèmes rencontrés depuis la rentrée :

- Du matériel informatique obsolète : dans plusieurs salles du lycée, les ordinateurs sont anciens et/ou défaillants. Ce sont des coquilles vides et des machines mortes. Il est impossible d’enseigner le numérique aux élèves dans ces conditions, d’autant plus que ce domaine est central dans plusieurs formations enseignées au lycée Nobel (BTS NDRC, Bacs professionnels tertiaires...). A cela s’ajoute la certification PIX demandée à tous les élèves depuis cette rentrée. Les professeur.e.s de Nobel ne sont pas des magiciens et ne peuvent pas faire fonctionner des machines hors d’usage.

- Aucune connexion à Internet : le réseau du lycée dysfonctionne très régulièrement, le Wifi ne fonctionne plus dans l’ancien bâtiment et n’a toujours pas été installé dans le nouveau bâtiment (trois petits routeurs Wifi ne sont pas une réponse décente et efficace pour 1200 élèves). Il est souvent impossible de faire l’appel en classe, excepté en utilisant nos forfaits et téléphones personnels, ce qui est inadmissible dans un lycée public français. Les pénuries mondiales de matériel sont la seule réponse donnée à ce jour par la Région et cette raison n’est pas entendable.

- Raccordements électriques et informatiques défaillants : dans le nouveau bâtiment, le nombre de prises électriques nécessaires n’a pas été installé pour installer les classes numériques dans les salles
qui leur sont dédiées, il est impossible de connecter les ordinateurs profs installés dans les salles du nouveau bâtiment aux vidéoprojecteurs... L’impréparation de l’ouverture du nouveau bâtiment et le
manque de moyens mis en œuvre marquent l’incompétence de la Région.

- Les problèmes de sécurisation du lycée : un des portails électriques du lycée ne fonctionne plus depuis les travaux du nouveau bâtiment. Il reste très souvent ouvert ce qui est à l’origine d’intrusions (rappelons que plusieurs collègues avaient été blessés lors d’une intrusion il y a deux ans). Cela avait été déjà souligné lors du droit de retrait de l’ensemble des enseignant.e.s le 9 septembre 2021. La Région connaît pertinemment ce problème mais les travaux de réparation n’ont pas été réalisés ni même programmés à ce jour. L’inertie de la région ne doit pas mettre en danger le personnel enseignant.

- La difficile application du protocole sanitaire : dans les lycées, le protocole sanitaire de niveau 3 repose essentiellement sur le port du masque et l’aération des salles. Or, dans de nombreuses salles du lycée, il est difficile d’aérer convenablement les salles car les fenêtres sont ou coincées ou
défectueuses ou impossibles à ouvrir. Comment se sentir protégé.e.s dans un lycée qui ne permet pas d’appliquer le protocole de niveau 3 cher à notre Ministre ?

- Le sous-effectif chez les agent.e.s : la région ne daigne pas remplacer systématiquement les agent.e.s quand ils sont en arrêt maladie ou en disponibilité. Les agent.e.s ne peuvent pas combler ce manque d’effectif. L’entretien et le nettoyage ne peuvent plus être assurés convenablement notamment dans le nouveau bâtiment. La Région n’apporte aucune réponse aux problèmes et aux demandes des agent.e.s qui sont exténué.e.s et fatigué.e.s par le manque de personnel et la charge de travail qui leur
incombe. Le nettoyage et la désinfection des locaux et matériels plusieurs fois par jour sont une composante essentielle du protocole sanitaire de niveau 3, mais ne sont pas possibles dans ces conditions.

- Les problèmes d’isolation et de chauffage : il fait très froid dans plusieurs salles de cours (même dans le bâtiment neuf), dans la salle des professeurs ou dans le réfectoire. Le CDI colmate ses fenêtres non isolées avec du papier journal, les salles s’équipent de seaux lorsqu’il pleut, nous dénonçons ces conditions déplorables.

- Le manque de moyen vie scolaire : avec l’ouverture de nouvelles classes depuis plusieurs années, l’effectif des élèves ne cesse d’augmenter. A cela s’ajoute depuis cette rentrée l’ouverture de l’internat

- dont les malfaçons sont légions- qui nécessite des moyens incompressibles. Les moyens de Vie scolaire octroyés par le rectorat ne sont pas suffisants pour palier cette charge supplémentaire de travail. Les AED, dont les conditions de travail se sont compliquées depuis la rentrée, se sont déjà mis
en grève le 26 novembre 2021 pour alerter le Rectorat. De plus un bureau du nouveau bâtiment n’est pas utilisé depuis la rentrée alors qu’il pourrait (et même devrait selon le projet d’origine) accueillir un second bureau vie scolaire ce qui permettrait de faciliter le travail des AED dans ce bâtiment.
Depuis la rentrée, la situation est ingérable. Les personnels du lycée A. Nobel luttent quotidiennement et sont souvent obligés de se débrouiller comme ils le peuvent pour remédier à ces problèmes, souvent au-delà de leurs missions, dans l’intérêt des élèves et des collègues.
Par ce mouvement de grève, nous souhaitons aussi mettre en lumière les manquements graves de la région Île-de-France, responsable de l’entretien du lycée et de la construction du nouveau bâtiment.
Ses réponses sont plus que timides et bien en-dessous des compétences et des responsabilités qui lui incombent. Une motion avait déjà été déposée à ce sujet lors du Conseil d’Administration du 21 octobre 2021 auquel le représentant de la région avait brillé par son absence (comme à tous les autres CA depuis plusieurs années par ailleurs). La région et notre direction se targuent des bons résultats du premier lycée de France, mais qu’en est-il réellement quand ni le protocole ni les règles élémentaires d’hygiène sont respectées ?

Nous, personnels grévistes ou soutenant la grève, nous sommes réunis en ce jour pour porter les revendications suivantes auprès du rectorat et de la région Île-de-France.

- L’installation urgente et complète des ordinateurs et du Wifi dans l’ensemble des bâtiments

- La réparation du portail défectueux par la Région

- Le remplacement des agent.e.s par la Région

- Une maintenance régulière et un entretien décent des locaux du lycée

- La création en urgence de trois postes temps complet d’AED pour permettre de réaliser le travail supplémentaire réel que nécessite le fonctionnement d’un lycée avec internat. Un ½ poste CPE
supplémentaire serait aussi nécessaire.

- L’aménagement d’un bureau Vie scolaire dans le nouveau bâtiment (avec l’installation d’un photocopieur supplémentaire)

- Un poste de maintenance informatique
Il est impossible pour nous de continuer de travailler dans ces conditions dégradées et d’être de bons
fonctionnaires de l’Etat agissant de manière éthique et responsable. C’est pour la défense d’un service
public de qualité que nous cessons de travailler aujourd’hui.

L’ensemble des personnels grévistes du lycée Alfred Nobel soutenu par les sections SNES-FSU, SUD et SNALC du lycée