SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Réforme des retraites | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée |

Non aux évaluations nationales de 6ème !
Article publié le 12 septembre 2019

Les évaluations nationales ont provoqué des contestations et de nombreuses critiques, notamment issues de chercheurs comme Roland Goigoux.

Malgré ces oppositions, Blanquer ne se contente que d’ajustements à la marge de ces évaluations (calendrier et modalités de passation).

SUD Education 93 conteste, dans son intégralité, l’existence d’un tel dispositif, qui ne répond en aucun cas aux difficultés des élèves, à la complexité de l’enseignement et aux pratiques pédagogiques.

→ Notre liberté pédagogique bafouée

Ces évaluations seraient un « repère pour la réussite » , une sorte d’outil qui permettrait aux enseignant-e-s de mieux déterminer les besoins de leurs élèves.

C’est encore une fois de la poudre aux yeux ! Elles ne constituent pas un outil professionnel au service de la pédagogie visant la réduction des difficultés scolaires, elles contribuent à la standardisation pédagogique de nos pratiques de classe ; deviennent un outil de contrôle des enseignant.es sur leurs pratiques pédagogiques et d’une mise en concurrence entre collègues.

Ce nouveau dispositif s’articule parfaitement avec la nouvelle doctrine du ministère qui consiste à instaurer la culture du chiffre, du résultat et du mérite en appliquant « les bonnes vieilles recettes d’antan » . Les résultats collectés constitueront une banque de données qui sera utilisée au détriment de nos élèves.

Ce pilotage par l’évaluation fait peser une menace lourde sur le système éducatif, en instaurant un outil de mesure des résultats qui a pour but de permettre une concurrence entre les établissements et les enseignant-e-s en niant les singularités propres à chaque établissement et à chaque élève.

Les données compilées avec les évaluations de CP, croisées avec l’origine scolaire des élèves en maternelle, permettront de comparer les « performances » des établissements.

→ Non au fichage des élèves !

Les résultats des évaluations sont centralisés par un serveur informatique privé, hébergé par Amazon.

Ainsi, l’éducation nationale ne peut pas garantir l’anonymat des données personnelles des élèves ni leur utilisation à des fins autres que celles annoncées par le ministère.

Les évaluations nationales s’inscrivent donc dans la même logique de formatage, de fichage et de flicage que le LSUN dont nous continuons à réclamer l’abrogation.

→ Ne nous laissons pas intimider

L’année scolaire passée, les pressions hiérarchiques se sont multipliées dans le 1er degré. Certain·es inspecteur·rices ont tenté d’intimider les collègues de CP jusqu’à les menacer de leur retirer les classes de CP à la rentrée 2019 au mépris de leur travail et des décisions d’équipes !

Dans le 2nd degré, le ministère ne donne pas de consigne officielle. Il n’y a pour le moment pas de texte à caractère réglementaire qui en fasse une obligation pour les enseignant·e·s de 6e. La lutte contre les lois Blanquer continue, plus que jamais, le rapport de force est nécessaire pour faire plier le gouvernement.

C’est pourquoi nous invitons les équipes enseignantes, en AG ou en heure d’information syndicale à discuter de la résistance collective à la passation, la correction et la remontée des résultats de ces évaluations.