SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Réforme des retraites | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée | COVID-19 |

Communiqué des personnels et parents du collège Cassin de Noisy-le-Sec - Ne masquez pas notre souffrance !  
Article publié le 25 juin 2020

Enseignant·e·s et parents du Collège René Cassin de Noisy-le-Sec (93) sont mobilisé·e·s pour dénoncer les conditions de travail chaotiques et la grande détresse professionnelle et humaine qui est la leur. 
 
Partout les établissements ont rouvert dans un contexte de sortie de crise post-Covid19 et de communication ministérielle et gouvernementale confuse, pour ne pas dire désastreuse. Au collège René Cassin, cette confusion a pris une toute autre ampleur, avec une reprise non préparée, sans aucun temps de concertation ni de communication avec les familles ou les membres de l’équipe éducative. Bien qu’une saisie des instances académiques ait permis l’organisation d’une prérentrée au pied levé, cette situation a fait éclater au grand jour le profond mal-être latent, au sein de l’établissement, qui dure depuis des années, lié à l’absence totale de cadre dans ce dernier. 
 
Dans le même temps, les parents d’élèves se sont mobilisé·e·s et ont fait part de leur consternation et de leur grande inquiétude face aux défaillances de la direction du collège. Les conséquences en sont nombreuses : tensions ressenties par les enfants, qui sont témoins de scènes violentes et déplacées, manque de communication externe et désinformation, mauvaise gestion des conflits entre élèves, refus de discuter avec les parents en cas de désaccord et entraves à la coéducation… 
 
Côté équipe éducative : reprises sans emplois du temps, dénigrements répétés et publics des membres du personnel toutes catégories confondues ainsi que de leur travail, menaces, chantages à l’inspection, pressions sur les collègues les plus fragiles, détournements des propos, insinuations et rumeurs pour créer tensions et divisions entre les personnes, confusion permanente entre travail et affect, interventions récurrentes des forces de l’ordre pour régler des situations de conflit générées par la direction, remarques et gestes déplacés envers personnels et élèves, hurlements, portes claquées, un doigt d’honneur et une agressivité permanente envers certains et certaines… 
 
Ce climat scolaire délétère n’est pas sans conséquences sur la santé physique et psychique des personnels, comme en attestent la multiplicité des arrêts de travail et le turn-over important de l’équipe et, plus grave, sur les conditions d’apprentissage de nos élèves et de nos enfants. 
 
Aussi, cette situation n’étant plus tenable, nous continuerons d’agir pour un service public de qualité pour les enfants de Seine-Saint-Denis !