SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée |

Lettre au recteur des personnels du collège Diderot et du lycée d’Alembert - Aubervilliers
Article publié le 10 décembre 2018

Monsieur,

Dans le cadre de la mobilisation lycéenne contre la réforme des lycées, le collège Diderot et le lycée d’Alembert font face depuis vendredi 7 décembre à des tensions et des violences importantes à l’ouverture des établissements.

Vendredi, la porte d’entrée (et de sortie) du Lycée d’Alembert a été aspergée d’essence, au milieu des jets de bouteille et des incendies de poubelle dans le but de provoquer la fermeture des établissements. Ce matin, alors que nous mettions tout en œuvre pour sécuriser l’entrée de nos collégiens dans l’établissement, les professeurs et élèves ont été autant mis en danger par des jets de projectiles des manifestants que par les jets de grenade lacrymogène et les charges policières :

– une enseignante et une mère d’élève ont été touchées au ventre par un éclat de grenade tiré par un policier ;

– un assistant d’éducation a été violemment bousculé par un policier ;

– il a été nécessaire de mettre des passants en sécurité à l’intérieur de l’établissement ;

– le chef d’établissement a été violemment bousculé de la part d’un policier.

Les incendies ayant automatiquement provoqué l’ouverture des portes du lycée, les élèves ont voulu porter secours à leur proviseur. Les enseignants ont donc dû s’interposer pour les retenir.

Par ailleurs, un élève du collège a été interpellé. C’est la deuxième fois en une semaine et cela est insupportable et nous préoccupe grandement.

Une telle violence dispensée sans aucun discernement – jusqu’à s’en prendre à la figure morale du chef d’établissement – et ce devant des élèves, ne peut qu’indiscutablement mettre à mal la relation éducative fondée sur la confiance que nous nous efforçons de construire au quotidien avec eux.Cette contestation légitime des lycéens prend une dimension d’autant plus violente que les procédures d’intervention des forces de police ne font qu’accroître les tensions.

Comme vendredi dernier la direction a choisi à juste titre d’envoyer un SMS aux familles afin qu’elle gardent leurs enfants avec elles, ayant pour effet des effectifs très réduits.

Nous venons d’apprendre que la DSDEN a décidé de laisser le collège ouvert (qui occupe les mêmes bâtiments) en dépit de notre demande relayée par le chef d’établissement et de la décision accordée de fermer le lycée.

Compte-tenu de tous les éléments cités plus haut, l’ensemble des équipes éducatives du collège et du lycée, réunies ce jour, considère que les conditions de sécurité ne sont pas réunies pour assurer nos missions d’éducation.

Etant donnés les appels à la grève lycéenne pour le mardi 11 décembre 2018, nous demandons par mesure de précaution que les établissements Diderot et d’Alembert soient fermés par décision administrative.

Pour l’ensemble des équipes éducatives du collège Diderot et du lycée d’Alembert