SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Le lycée Jean Rostand de Villepinte en grève !
Article publié le 21 novembre 2017

Ce mardi 21 novembre 2017, nous, personnels du lycée Jean Rostand de Villepinte (93420), réunis en assemblée générale, avons débrayé à la suite de plusieurs incidents graves portant atteinte à l’intégrité de nos élèves et celle des personnels au sein de l’établissement.
Au cours des semaines précédentes, de nombreux élèves ont été victimes d’harcèlement à la suite de la constitution d’un groupe collectif sur l’application « Snapchat », conduisant ainsi à la diffusion en ligne d’informations, de photographies et de vidéos humiliantes et dégradantes les mettant en scène. A ce jour, plusieurs centaines d’abonnés seraient membres de ce groupe et auraient accès à ces informations.
Par ailleurs, nous déplorons également l’agression de collègues au sein de leurs classes ainsi qu’un certain nombre d’incivilités qui participent à la détérioration du climat nécessaire à l’exercice de nos missions et à la réussite des élèves. Face à la surcharge de travail des assistants d’éducation, ces derniers ne sont plus en mesure d’assurer pleinement leurs fonctions, conduisant ainsi à la mise en danger de tous les acteurs du lycée.
Ces dysfonctionnements ne font que refléter la dégradation des conditions de travail consécutives à une baisse globale des moyens de fonctionnement alloués à l’établissement, dégradation qui avait déjà été signalée au Rectorat de Créteil ainsi qu’à la région Île de France à de multiples reprises depuis l’an dernier et dès la rentrée 2017.
Par conséquent, la grève et le rassemblement devant le Rectorat de Créteil, le mercredi 22 novembre, à 10h, ont été votés afin de protester et réclamer, une fois encore, les ressources humaines nécessaires au bon fonctionnement de l’établissement.