SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Réforme des retraites | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée | COVID-19 |

Info grève en Seine-Saint-Denis !
Article publié le 15 décembre 2019

Le 5 décembre : un jour historique

Nous étions près d’1 million et demi le 5 décembre à descendre dans la rue. Cette journée historique par l’ampleur de la mobilisation a été consciencieusement préparée dans le 93 de la diffusion massive de tracts jusqu’au fait d’affréter des dizaines de bus pour acheminer les grévistes à la manif, qui n’ont pas suffi. Aux 6 bus de Saint-Denis, a du être ajoutée une manifestation jusqu’à gare de l’Est lieu de départ officiel. De Pantin et Montreuil aussi, on a marché.

Cette mobilisation s’est vue très concrètement dans les villes : ni crèche, ni école, pas de transports et certaines mairies ont été fermées. Ce sont aussi les associations, comme Le Planning Familial de Saint-Denis, qui ont fermé leurs portes, les dernières usines du 93 qui ont été touchées ou encore l’aéroport Charles de Gaulles.

Tout le monde réuni autour d’un objectif : défendre notre modèle de protection sociale et des retraites solidaires !

AG interprofessionnelles, participation aux piquets de grève de la RATP, manifestation dans le 93, réunions publiques, diffusion de tracts...
Toutes les infos sur les rendez-vous de lutte dans le 93 sont sur le site de Solidaires 93.

Plus d’un millier de personnes ont manifesté le 11 décembre entre La Courneuve et Bobigny. Salarié-e-s et fonctionnaires du 93 en reconductible pour une bonne partie d’entre eux-elles depuis le 5 décembre, tenaient à montrer sur le territoire où ils travaillent et habitent leur détermination à s’opposer à cette réforme des retraites. Ce rendez-vous a aussi été l’occasion de rappeler l’état dramatique des services publics sur le département : fermeture d’hôpitaux, transports publics sous dimmensionnés, réduction de moyens pour la protection de l’enfance, crèches insalubres, enseignant-e-s non remplacé-e-s... bref tout est fait pour que les habitant-e-s soient maltraité-e-s. Et la seule réponse de l’Etat est le déploiement de moyens policiers pour tenir la colère justifiée et juste des habitant-e-s et travailleur-s-es. Ce sont des injustices structurelles : racisme et taux de chômages très élévés, trop d’habitant-e-s subissent des contrats courts alternés avec des périodes sans emploi et parfois sans revenus.

Pour toutes ces raisons et d’autres, la réforme des retraites impactera tout particulièrement les habitant-e-s du 93. C’est sans doute pourquoi la grève et les luttes y sont particulièrement fortes et interprofessionnelles !


L’assemblée interprofessionnelle de Montreuil Bagnolet

Rassemblant jusque 400 personnes, elle accueille travailleur-ses et habitant-e-s des deux villes. Réunie à la bourse du travail de Montreuil, elle discute de la coordination des grévistes, d’actions communes et solidaires. Elle organise des départs aux manifestations et a aussi créé une caisse de grève. Des commerçant-e-s ont accepté d’être dépositaire d’urnes pour la caisse de grève, preuve d’un soutien populaire.

Avec ses annonces Edouard Philippe montre le vrai visage du système capitaliste, sexiste et patriarcal.

La réforme qu’il propose c’est :

- celle où les parents doivent sauver leur retraite en sacrifiant celle de leurs enfants,

- celle où les collègues de travail les plus âgé-es font payer leur retraite aux plus jeunes alors que elles et eux ne partiront qu’avec des retraites de 30 à 40 % inférieures

- celle où les parents devront décider avant les 5 ans de leur enfant lequel, laquelle des deux bénéficiera de 5 % en plus du montant de sa retraite

- celle où les organisations syndicales devront décider quel sera la valeur du point pour respecter la règle d’or : pas plus de 14 % du PIB pour pour les retraites

Parce que c’est ça la vraie annonce d’hier. Dans son rapport Delevoye avait fixé la valeur du point à 0,55€ de pension par an. Comme on a fait des calculs avec cette valeur et qu’on a démontré que ça faisait des pertes de 200 à plus de 1000€ par mois, il dit : on fixe pas la valeur du point, ça va être au comité de pilotage de le faire. Et le parlement validera, ou pas cette valeur dans une loi de finance quinquennale qui devra respecter la règle d’or. 14 % du PIB pour les retraites.

Voilà le visage de ce gouvernement Macron, Delevoye, Philippe
C’est celui d’un système qui veut nous épuiser au travail et qui veut nous l’imposer en nous montant les uns contre les autres.
C’est celui d’un système qui veut nous épuiser au travail comme il a épuisé la planète en provoquant une nouvelle extinction des espèces.

Alors là il faut dire stop. On veut récupérer tout l’argent qu’ils ont volé, les 100 milliards d’euros du CICE, les 30 % de baisse du pouvoir d’achat des enseignants, les 10 % du PIB qui sont passés de la poche des salarié-es à celle des capitalistes.

Nous voulons le retrait total de cette réforme
Des retraites à taux plein à 60 ans après 37 annuités et demi de cotisations
Des mesures de rattrapage pour les femmes tant qu’il y aura des différences de salaires entre femmes et hommes
Le maintien des régimes spéciaux
Pas une retraite en dessous du smic
Et on veut tout en récupérant l’argent qu’ils nous ont volé, en augmentant les cotisations patronales et en augmentant la part du PIB consacrée aux retraites.


C’est quoi la grève à la RATP ?

Depuis le 5 décembre, les travailleurs de la RATP font le taf ! Quasiment aucune ligne de métro et une desserte des bus très très réduite. Les grévistes se réunissent en assemblée générale tous les jours pour décider des suites de leur mouvement et organisent des rencontres avec les autres secteurs pour s’organiser.

C’est pourquoi les piquets de grève à 5 heures du matin sont devenus des points de ralliement pour tous-toutes ceux et celles qui participent au mouvement.

Ces piquets solidaires permettent de faire corps contre les directions qui pressurent les grévistes mais aussi de ralentir voire de bloquer les bus sortants.

Autour de braseros, de musique, de chants, de danses, de lectures de tracts et discussions politiques chacun-e y met du sien pour réchauffer l’air glacial et faire face aux mépris des directions et du gouvernement.

Guide du cadre RATP. Casser la grève

Alors que les taux de grèvistes sont impressionnants à la RATP, la direction met tout en oeuvre pour faire rouler du bus : pression sur les grèvistes et surtout sur les nouveaux embauchés ; bus sont déplacés dans des "faux dépôts" pour éviter les barrages filtrants ; pour casser le moral des grèvistes, la direction fait parfois sortir des bus qu’elle ne fait pas rouler.

C’est pourquoi les AG interpro se rendent tous les matins aux différents dépots pour ralentir les sorties de ces bus illégitimes !

La solidarité est plus que nécessaire pour aider les camarades grèvistes à tenir.

Les secteurs en reconductible

SNCF. Avec trois lignes de RER et plusieurs trains des banlieues sur le département, la mobilisation dans le rail a un fort impact sur les déplacements. Des piquets de grève sont organisés dans les technicentres et certaines gares.

Education. Sur ce secteur, on compte de la maternelle à l’université, beaucoup de mobilisés. Certaines écoles sont fermées les jours de mobilisation nationale et collège, lycées fonctionnent au ralenti. Les campus du département (Saint-Denis et Condorcet-Aubervilliers) sont impactés.

RATP. C’est 7 dépôts (Aubervilliers, Les Lilas, Flandre, Pavillons, Saint-Denis Pleyel, Bord de Marne) mais aussi 4 lignes de métro qui déservent le département.

Les Assemblées générales interprofessionnelles

Des assemblées interprofessionnelles se sont créées sur le département. Ces AGs rassemblent les secteurs mobilisés mais aussi des syndicats, qui peuvent ainsi se coordonner et s’entraider. Elles permettent aussi aux personnes isolées, aux chômeurs, aux habitant-e-s, aux retraité-e-s qui ne peuvent pas militer sur leurs lieux de travail de trouver un point d’accroche et de lutte.

Aubervilliers : L’Assemblée se réunit dans plusieurs endroits de la ville
Contact : interpro-aubervilliers@riseup.net
Facebook : Assemblée Générale Interprofessionnelle d’Aubervilliers

Aulnay sous-bois : L’assemblée se réunit à la Bourse du Travail, 19 rue Jacques Duclos
Facebook : Solidaires Nord Est 93
nordest@solidaires93.org

Bagnolet - Montreuil : Elle se réunit à la Bourse du Travail de Montreuil.
Contact : solidairesmontreuil@wanadoo.fr

Pantin : Les AGs se déroulent à la bourse du travail, 19 rue Delizy.

Saint-Denis : L’assemblée se réunit à la Bourse du Travail, 9/11 rue Génin (métro Porte de Paris)
Facebook : AG Interprofessionnelle de Saint-Denis - 93

Ces AGs souvent nouvelles n’ont pas toujours des contacts à joindre, mais toutes les informations sont sur notre site et nous pouvons faire le relais : www.solidaires93.org ; contact@solidaires93.org

PDF - 10.9 Mo
Info grève dans le 93