SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Agent-es | Anti-répression | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Violences sexistes et sexuelles | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | COVID-19 |

Grève contre le rattrapage des E3C à Stains
Article publié le 24 mars 2021

Communiqué des personnels mobilisé.e.s du lycée Maurice Utrillo - Stains

La décision de faire passer à nos élèves de terminale, en mars 2021, les épreuves prévues en février 2020, est tellement absurde d’un point de vue pédagogique, qu’on ne peut y trouver qu’une explication rationnelle : la volonté de punir les élèves qui, au lieu de se tenir sages, ont bloqué l’établissement au cours d’un mouvement national de protestation contre la réforme du baccalauréat.

Le ministre de l’éducation a donc décidé que, dans notre lycée d’éducation prioritaire, les élèves de terminale doivent retravailler les programmes de première... Alors qu’il leur faut, pour espérer maîtriser les méthodes des épreuves maintenues en juin prochain, rattraper le retard accumulé lors de l’année précédente, marquée par la fermeture des lycées de mars à juin dernier. Alors qu’ils et elles bénéficient seulement de la moitié des cours en présentiel depuis novembre dernier. Alors qu’ils et elles essuient les plâtres de la réforme du baccalauréat, font face à des programmes trop lourds et préparent des épreuves encore mal définies, comme le « grand oral ». Alors qu’ils et elles rédigent demultiples lettres de motivation pour remplir des dossiers de candidature sur la plateforme Parcoursup. Alors que se multiplient les absences des élèves testé·e·s positifs/ves à la covid-19 ou identifié·e·s comme « cas contact », dans le département le plus touché par la maladie. Alors que les difficultés sociales liées aux restrictions sanitaires alimentent autour de l’établissement un contexte de violences et d’agressions répétées.

Qui peut croire, dans ce contexte, que ces épreuves seront sérieusement préparées ? Elles ne le seront pas. Au fond, le peu de valeur accordée à ces « e3c » dans la nouvelle formule du baccalauréat n’a jamais été aussi clair qu’avec cette décision.

Cette décision met en difficulté nos élèves en ajoutant du stress à une année déjà particulièrement compliquée. En refusant de surveiller ces épreuves, nous refusons de prendre part à cette décision.