SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Grève au collège Victor-Hugo d’Aulnay-sous-Bois
Article publié le 12 mai 2018

Communiqué des personnels grévistes du collège Victor-Hugo d’Aulnay-sous-Bois du vendredi 11 mai

Suite à l’agression d’un AED par un élève mercredi dernier, la quasi totalité de la vie scolaire, soutenue par une quinzaine d’enseignants, s’est mise en grève ce vendredi. L’AED a été agressé dans une salle de cours par un élève qui a utilisé une bombe lacrymogène à son encontre.

Ce nouveau fait est survenu dans le contexte de la prolifération, depuis plus d’une semaine, des départs d’incendies dans la cour, dans les couloirs et dans des salles, de la multiplication des intrusions d’élèves dans des salles de cours et dans des bureaux. A cela s’ajoutent des explosions de pétards dans les couloirs et dans la cour, des déplacements et attroupements d’élèves autour des feux, difficiles à maîtriser, risquant d’entraîner débordements voire blessures.

La mise en danger des élèves et des personnels a déjà conduit, lundi 7 mai, à l’exercice du droit de retrait par vingt-cinq professeurs.

Nous constatons que les conditions d’apprentissage et de sécurité ne sont pas réunies dans notre établissement. Nous réclamons que toutes les mesures de sécurité nécessaires soient prises, et que des réponses de fond soient apportées. Ce qui implique :

- L’attribution du statut REP+ à l’établissement, avec la conservation du statut sensible ;

- L’augmentation du nombre d’AED dans le collège, la revalorisation de leur salaire et l’attribution de la prime Education prioritaire à chacun d’entre eux ;

- Le maintien du poste de psychologue scolaire dont nous dénonçons la suppression par la municipalité et le retour des deux médiateurs de la ville, présents l’an dernier à 12h30, 16h et 17h devant l’établissement ;

- L’attribution à l’établissement d’un adulte-relais et de médiateurs, postes autrefois présents mais supprimés au fur et à mesure des années.