SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée | Loi confiance |

Grève au collège Victor Hugo
Article publié le 10 décembre 2018

Grève lundi 10 décembre au collège Victor-Hugo, à Aulnay-sous-Bois

Constatant que la répression policière a franchi un cap, notamment à Mantes-la-Jolie jeudi 6 décembre, les enseignant-es du collège Victor-Hugo d’Aulnay-sous-Bois réuni-es en AG ce matin ont voté à 72% des personnels présent-es à 8h la grève pour aujourd’hui lundi 10 décembre. En conséquence, le collège a été fermé ce matin.

Nous dénonçons :

Concernant le collège
- la réduction progressive des moyens pour notre établissement, qui ne permettent pas d’apporter aux élèves ce dont ils ont besoin : demi-groupes, co-enseignement, projets, dispositifs pédagogiques d’aide et de soutien, etc.

- les affectations tardives et le non-remplacement des personnels de l’établissement : enseignant-es, agent-es, administratif-ves. Ces absences désorganisent l’établissement et privent les élèves de leur droit à l’éducation. Les élèves ont ainsi été privés en début d’année de cours d’espagnol, anglais, français, arts plastiques notamment. Un-e professeur-e d’allemand n’est toujours pas affecté-e au collège ; certain-es élèves ont ainsi perdu trois mois pleins de cours de langue. L’Etat est à cet égard responsable d’inégalités de traitement entre les élèves de Seine-St-Denis et le reste de la France, comme le défenseur des droits l’a reconnu sur la commune de St Denis,

- La diminution des dotations du département pour notre collège, qui contraignent de plus en plus l’équipement informatique du collège, la réalisation de projets, de sorties et de voyages, et ont amené à la fermeture de la cantine le mercredi,

- La suppression par la mairie, en juin dernier, des heures assurées par un psychologue clinicien ;

Et plus généralement
- le manque de moyens pour la médecine scolaire à Créteil : il n’y a plus qu’un médecin pour 11 700 élèves dans l’académie.

- La sélection supplémentaire que Parcoursup impose à nos élèves, futurs lycéen-nes,

- La précarité des collègues agent-es, surveillant-es, AVS-AESH et enseignant-es qui servent de variables d’ajustement aux politiques du rectorat et du ministère,

- les projets du gouvernement d’accentuer le nombre de contractuel-les de la fonction publique au détriment du nombre de fonctionnaires,

- Le gel du point d’indice qui réduit le pouvoir d’achat de l’ensemble des personnels de l’éducation.

Nous revendiquons que l’ensemble des moyens humains et matériels nécessaires soit donnés pour garantir le droit à l’éducation pour tous en donnant plus à ceux qui ont moins, et pour garantir des conditions de travail décentes pour l’ensemble des personnels. Pour l’établissement, nous demandons plus précisément :

- Le classement de l’établissement en REP+,

- Le remplacement de tous les personnels absents, y compris pour les absences de personnels inférieures à quinze jours, à commencer par le pourvoi du poste de professeur d’allemand, non remplacé depuis septembre,

- L’augmentation de 10% de la DHG de l’établissement, soit 100 heures, afin de permettre la réalisation de projets, de groupes de soutien, demi-groupes, de co-enseignement, et le retour ou la création d’options qui permettent l’ouverture culturelle des élèves : latin et grec, classe musique, classes bilangues et européennes, etc.

- L’augmentation du budget de l’établissement par le département, pour permettre la maintenance et le renouvellement de notre parc informatique, aujourd’hui obsolète, la mise en place d’un laboratoire de langue, pour renouveler et remettre aux normes de sécurité plusieurs équipements sportifs et pérenniser le financement des sorties et voyages pour l’établissement.

Nous appelons l’ensemble des écoles, collèges, lycées du 93 à se mobiliser et à faire grève à partir de lundi pour obtenir de véritables moyens pour l’éducation en Seine-St-Denis.