SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Réforme des retraites | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée |

Découvrir SUD éducation 93

Agenda


Grève au collège René Descarte de Tremblay-en-France
Article publié le 16 octobre 2019

PDF - 1.3 Mo
Tract imprimable

En raison du manque criant de personnel au sein de l’établissement René Descartes, il n’est plus possible d’assurer la sécurité et la sérénité des élèves.

En effet, depuis la rentrée, le collège ne dispose que d’un poste de CPE (contre 1,5 l’année précédente), d’une infirmière présente 2 jours sur 5 et le poste d’assistant·e social·e n’a toujours pas été pourvu à ce jour.

Les conséquences de ces manques ne sont pas moindres :
- Une dégradation du climat scolaire se fait ressentir : de par le manque d’encadrement dans les couloirs, les élèves arrivent en cours stressé·es et agité·es, dans des états d’énervement parfois critiques. La multiplication des
incidents est flagrante et inquiétante : violences physiques et verbales entre élèves voire même envers les surveillant·es et les professeur·es...
- Des situations compliquées dans la vie personnelle des élèves ne sont plus détectées ni suivies par un·e professionnel·e ce qui impacte directement l’élève en question ainsi que son entourage.
- La santé des élèves n’est plus assurée :
 - un élève s’est cassé le bras au collège et n’a pas pu être pris en charge par un adulte dû à l’absence d’un·e infirmier·e ainsi qu’à la surcharge de l’équipe des surveillant·es.
 - des élèves ayant un Projet d’Accueil Individualisé, élèves à besoins médicaux particuliers, n’ont pas bénéficié des soins nécessaires à leur situation (crise d’asthme, crise d’épilepsie...).
- En raison d’un poste manquant, la seule CPE de l’établissement se retrouve surchargée de travail et de responsabilités et ne peut plus mener à bien ses missions : de suivi, d’écoute, de repérage et d’accompagnement des élèves en difficulté. Les heures supplémentaires non payées et la surcharge de travail entrainent une fatigue physique et morale ainsi qu’une délégation de certaines tâches aux surveillant·es, non formé·es et non rémunéré·es pour ces dernières.

Enfin, certain·es personnels n’ont pas reçu leur salaire pour le mois de septembre.

C’est pourquoi, ce mardi 15 octobre, les personnels (professeur·es, surveillant·es, CPE ...) se sont mis massivement en grève afin de pouvoir garantir la sécurité et la réussite de nos élèves.