SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Grève au collège A. France à Drancy – Opération collège désert
Article publié le 31 mai 2018

Mise à jour au 8 juin 2018 : Victoire !
Après un échec de la médiation, de nombreux jours de grève, et des opérations "collège désert" organisées par les parents d’élèves, l’administration a finalement pris la décision de changer la direction de l’établissement dès la rentée prochaine. Une autre principale assure l’intérim pour la fin d’année. La lutte paie !


Il y en a qui font la grève pour garder leur boulot, pour conserver leurs acquis, pour leur pouvoir d’achat... Nous, à Anatole France, on a cessé le travail, depuis lundi 28/05/2018 pour avoir un-e chef-fe compétent qui garantisse l’exercice de nos missions dans les meilleures conditions.

Nous signalons depuis le 30/11/2017 des faits de souffrance au travail, des dysfonctionnements qui lèsent nos élèves, des tensions dans tous les services et des fautes professionnelles, l’adjointe elle-même a été entendue plusieurs fois dans la cadre d’une médiation que nous avons demandé à la DSDEN et qui a commencé le 11/12/2017.
Nous avons été reçus trois fois, visités cinq fois. Le registre santé et sécurité au travail regorge de fiches rédigées par nos soins qui montrent en détail la désorganisation, l’absence totale de sérénité et l’insécurité qui règnent dans notre établissement.

Le vendredi 18/05/2018, alors que nous venions de faire parvenir au directeur académique un préavis de grève, sa représentante venue dans le collège a reconnu l’échec de la médiation et les fautes imputables à la tête de l’établissement.

Comme nous, logiquement, vous pensez que l’étape suivante est la décision d’ un changement de direction. Et bien, non ! Le temps n’est pas encore venu de donner à une équipe engagée dans son travail un pilote efficace autant que bienveillant pour assurer la continuité du service public d’éducation. Car, la veille de l’arrivée de la directrice-académique adjointe au collège, le 18/05/2018, la principale s’est absentée pour maladie. Or, ce fait sert aujourd’hui d’argument à la DSDEN pour justifier l’absence de décision quant au changement de direction !

Ainsi la principale-adjointe, les professeurs, l’assistante sociale, l’infirmière et la secrétaire, qui ont travaillé toute l’année dans des conditions inacceptables, qui ont perdu beaucoup d’énergie à dénoncer une direction défaillante, sont priés, pour une durée indéterminée, de fonctionner sans principale et sans avoir l’assurance qu’ils auront un-e chef-fe compétent-e à la rentrée prochaine.

Notre demande est pourtant légitime, nous avons respecté toutes les procédures, le temps de l’enquête et des entretiens contradictoires est révolu, les conclusions sont claires, mais au jour d’aujourd’hui, le seul écho qui nous parvient de la DSDEN est la nécessité de protéger les personnels en arrêt-maladie... En attendant 583 élèves n’ont quasiment pas cours depuis lundi 28/05/2018...

Les parents d’élèves indignés ont signé une pétition pour obtenir le changement de direction et n’ont pas envoyé leurs enfants à l’école le 31/05 et prévoient de renouveler leur action le 1/06 afin de manifester leur mécontentement.

Le collège Anatole France a suffisamment souffert. L’Institution doit répondre maintenant aux parents, à leurs enfants et à une équipe engagée, qui va jusqu’à accepter le sacrifice que suppose la grève pour être en mesure d’offrir un service public de qualité.

Les 75% de grévistes du collège A. France