SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Agent-es | Anti-répression | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Violences sexistes et sexuelles | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | COVID-19 |

Contre les fermetures de classe au collège Halimi d’Aubervilliers : rassemblement mardi 9
Article publié le 9 février 2021

FERMETURE DE 3 CLASSES L’ANNÉE PROCHAINE à HALIMI TROP C’EST TROP !

Les autorités académiques préparent une rentrée 2021 catastrophique à Halimi :

- Des effectifs élèves illusoires : la direction académique fait disparaître 41 élèves. La direction parle d’en réinscrire certains dans les collèges voisins. C’est contraire aux textes réglementaires et néfaste pour la scolarité des enfants.

- Des classes surchargées : par conséquence les classes pourraient monter à 27 élèves, hors inclusion des Ulis et Upe2a. Le seuil maximal de 24 élèves par classe propre aux collèges REP et REP+ serait explosé. Des
conditions de travail pour adultes et enfants inacceptables au mépris de la nécessité de personnaliser la relation pédagogique. Nous n’aurions même pas le nombre de tables et de chaises nécessaires. L’inclusion des ULIS et UPE2A deviendrait impossible. Elle est pourtant obligatoire.

Et toujours :

- Des profs non remplacés. Les autorités font de telles économies budgétaires que les remplacements deviennent exceptionnels ou réalisés après des mois de délais.

- Un taux d’encadrement de vie scolaire le plus bas de la ville (un.e surveillant.e pour 100 élèves, comme au collège Makeba) qui crée des tensions vives et empêche les missions éducatives et de suivi propre au métier de surveillant.e et CPE.

- Un effectif d’agent d’entretien dérisoire au regard de la réalité de notre établissement (3 étages, grand gymnase, nombreuses baies vitrées...)

- Un pôle médico social menacé par un projet de réforme de la médecine scolaire avec le risque de voir disparaître les infirmières scolaires des établissements.

Tout ça alors que le ministre de l’Education J-M Blanquer se permet de rendre 200 millions d’euros au budget national !

C’est l’équivalent de 4200 postes de profs qui auraient pu être crées sur tout le territoire !

Blanquer soigne son avenir politique au détriment de l’Éducation Prioritaire qu’il met à genoux dans un contexte de retard scolaire dû à la pandémie !

Rassemblement mardi 9 février à 12h30 devant le collège

PDF - 176.3 ko