SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Réforme des retraites | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée | COVID-19 |

Découvrir SUD éducation 93

Agenda


Exercice du droit de retrait par le personnel du Lycée Jacques Feyder d’Épinay-sur-Seine.
Article publié le 22 septembre 2020

Épinay-sur-Seine, le 21 septembre 2020,

A l’attention de Madame Valérie Pécresse, Présidente de la Région Ile de France A l’attention de Madame Marie-Carole Ciuntu, Vice-Présidente de la Région Ile de France chargée des Lycées et de l’Administration générale l’éducation et de la culture A l’attention de Monsieur Stéphane Salini, Vice-Président de la Région Ile de France chargé des Finances et de l’Evaluation des politiques publiques A l’attention de Madame Farida Adlani, Vice-Présidente de la Région Ile de France chargée des Solidarités, de la Santé et de la Famille S/C de Madame Dominique Gobetti, Proviseure du Lycée Jacques Feyder

Lettre à la région

Exercice du droit de retrait par le personnel du Lycée Jacques Feyder d’Épinay-sur-Seine.

Madame, Monsieur,

Nous, personnels du lycée Jacques Feyder d’Épinay-sur-Seine, vous alertons sur la situation très difficile de notre établissement qui relève désormais de l’urgence et exige des solutions rapides. Cette alerte n’est pas nouvelle : cela fait déjà deux ans que nous protestons contre nos conditions de travail et que nous nous heurtons à votre indifférence manifeste.

Pour rappel, en 2018, les travaux de notre lycée ont démarré et nos conditions de travail sont devenus particulièrement pénibles. Les élèves n’avaient pas de toilettes accessibles en nombre suffisant. Les conditions élémentaires de sécurité liées au chantier n’étaient pas respectées (présence de matériel de chantier à portée des élèves et des personnels éducatifs). Rien n’avait été mis en place en cas d’alerte incendie, les élèves n’avaient plus de cour de récréation. La vie scolaire n’avait pas de chauffage, ni de point d’eau, ni de toilettes (et n’en a toujours pas à ce jour). A partir de 2019, la salle des professeurs n’avait plus de toilettes ni de point d’eau, ni de point d’évacuation d’eau.

En 2019, la commission CHSCTA était venue constater la situation au lycée, avait recueilli une quarantaine de témoignages des personnels du lycée et avait émis un rapport (voir PJ). Des membres de cette commission ont signalé que les conditions de travail étaient largement suffisantes pour faire valoir un droit de retrait.

A ce jour, voici une liste des disfonctionnements constatés :

  • - Toujours pas de point d’eau courante en salle des professeurs, ni de savon.
  • - Pas de savon dans les toilettes du réfectoire ni dans certains toilettes du lycée. Obligation pour les cuisiniers de cuisiner les plats au rez-de-chaussée, puis de les monter au premier étage via un ascenseur utilisable par n’importe quelle personne de l’établissement.
  • - En raison des consignes sanitaires liées à la pandémie, l’obligation d’aérer les salles durant les cours permet au bruit et aux poussières du chantier de rentrer dans les salles.
  • - Absence de toilettes fonctionnelles dans la loge à l’entrée. Absence de point d’eau dans la loge. Loge impossible à aérer efficacement.
  • - Nombre insuffisant de fontaines à eau pour alimenter secrétariat, loge, salle des professeurs et vie scolaire.
  • - Nombre insuffisant d’agents d’entretien ce qui entraine l’impossibilité de nettoyer correctement les salles d’une journée à l’autre, l’impossibilité de fournir chaque salle en gel hydroalcoolique. Par ailleurs, ces agents ne disposent d’aucun endroit de pause.
  • - Absence de chauffage et de toilettes dans la vie scolaire et dans les salles de cours. - Zone de chantier non sécurisée et donc accessible aux élèves et aux personnels éducatifs. Dans certaines salles, des odeurs de solvants chimiques ont perturbé certains cours et incommodé des collègues et des élèves.
  • - Impossibilité d’évacuer efficacement les salles et le lycée et de regrouper les élèves en sécurité en cas d’alerte incendie.
  • - Grande difficulté pour trouver le cahier RDGI (Registre des Dangers Graves et Imminents) et donc impossibilité pour les personnels de signaler les disfonctionnements constatés. Pour toutes ces raisons, nous faisons valoir notre droit de retrait.

Dans une volonté constructive et afin de pouvoir reprendre le travail dans de bonnes conditions pour tous (élèves et personnels), nous demandons sans délai :

  • - La stricte mise aux normes de sécurité de l’établissement (fermeture des accès chantier, procédure d’alerte incendie…).
  • - La réparation des toilettes de la loge, du raccordement en eau courante de la salle des professeurs, de l’installation de fontaines à eau dans les lieux concernés, de l’installation d’un système de chauffage pérenne dans la vie scolaire et les salles de cours.
  • - Le recrutement pérenne d’agents pour renforcer l’équipe actuelle.
  • Nous restons à votre disposition pour toute information complémentaire et attendons une réponse positive de votre part.

Veuillez croire, Madame, Monsieur, à notre attachement au service public d’éducation.