SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | COVID-19 | Anti-répression Hélène |

Enseignement de l’EPS pendant la crise sanitaire : Compte-rendu de la réunionavec le Rectorat du 10 février
Article publié le 12 février 2021

Réunion le 10 fevrier en Visio avec 4 IPR EPS (Serfaty, Rebeil, Bahut,Kuntz) et une personne representant le rectorat (cheffe de cabinet adjointe) avec deux représentants du SNEP et un représentant de SUD Education, un vice président du conseil départemental invité par le SNEP qui n’a pas été autorisé à rester.

Concernant les certifications du baccalauréat, un texte de cadrage est sortit. Il est disponible sur le site du ministère.

Le rectorat et les IPR sont conscients des grandes difficultés des équipes EPS sur le terrain (protocole strict, uniquement en extérieur, froid....).

Ils ont mis en ligne sur le site eps du rectorat des ressources avec y compris une déclinaison de ce que les collègues pourraient faire en salle de classe.

Ils trouvent que les collègues d’EPS sont pleins de ressources et arrivent à s’adapter correctement, c’est ce qu’ils voient lors de leurs inspections.

SUD EDUCATION voit sur le terrain des choses bien différentes :

- Des équipes d’EPS épuisés et découragés qui ont bien des difficultés à faire respecter un protocole sanitaire drastique.

- Des équipes en souffrance qui ne peuvent faire leur travail correctement et qui compare leurs actions à de la garderie au vu des conditions de travail actuel.

- Des chefs d’établissements qui imposent des façons de faire aux équipes qui ne correspond pas aux demandes de celles-ci.

SUD Education a demandé :

- La possibilité donné aux équipes d’organiser l’EPS en fonction des conditions locales : demi-groupe, du distanciel, de l’enseignement hybride, des adaptations locales....c’est l’autonomie des équipes qui doit prévaloir avec la prise en compte du protocole sanitaire 

- La prise en compte du contexte lors des inspections.

- Un vrai et réel soutien des IPR lorsque cela était demandé par les collègues pour soutenir les équipes qui le demandent nottament lors de désaccord avec leurs directions.

- une réflexion et des préconisations des IPR pour améliorer les conditions de travail des collègues d’EPS.

Pour le rectorat :

- Il n’est pas possible de trouver une adaptation spécifique à l’EPS en dehors de ce qui est autorisé par le Ministère.(1/2 groupe lycée, derogation collège pour les 4ème/3ème pour toutes les discipline).

- Il n’est pas possible de diminuer le temps que l’on doit aux élèves.

- ils faut que les équipes continue à s’adapter comme il le font très bien.

- Les inspecteurs ne peuvent pas aller à l’encontre du protocole nationale mais vont demandés à l’inspection générale de tout faire pour que dans le prochain protocole les gymnases puissent être utilisés avec des conditions adaptées à la pandémie sachant que l’influence de l’IG est cependant très limités.

- Les IPR se sont engagés à soutenir les équipes en difficultés qui le demanderaient.

SUD Education prend acte que le rectorat ne souhaite pas adaptées la situation actuelle pour soulager les équipes sur le terrain. Pourtant cela est possible puisque c’est déjà en place au sein même de l’académie où dans certains collèges il y a des demi-groupes uniquement pour l’EPS par exemple.

Le rectorat ne veut pas que ces adaptations gagnés par la lutte pour pouvoir travailler de façon acceptable en toute sécurité soit généralisé et préfère penser que "tout est pour le mieux dans le meilleur monde possible" en ne voyant pas la détresse des collègues.

SUD education demande aux personnels qui sont en souffrance :

- de s’organiser collectivement pour pouvoir travailler dans des conditions acceptables.

- de faire appel au syndicat pour être accompagner en cas de conflits avec l’inspection et les chefs d’établissements.

- de remplir le registre SST dès qu’une situation le nécessite et prévenir le syndicat.