SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée | Loi confiance |

Découvrir SUD éducation 93

Agenda


Direction unique au collège Diderot et au lycée d’Alembert : encore un gros succès de la fine fleur du rectorat !
Article publié le 17 avril 2019

Communiqué des personnels du collège Diderot d’Aubervilliers.

Rentrée 2012 à Aubervilliers, contre l’avis des personnels du collège Diderot et du lycée professionnel d’Alembert, contre l’avis de la municipalité, contre l’avis des parents d’élèves, le rectorat de Créteil impose la fusion des directions du collège et du lycée.


Diderot et d’Alembert n’ont plus qu’une seule tête, un super proviseur/principal censé être omnipotent sur les deux établissements, une sorte de chimère à mi-chemin entre Janus et Shiva, avec en plus le don d’ubiquité. Mais au passage ils perdent un personnel de direction et un poste et demi à l’intendance.

On appelle cela de la synergie, de la mutualisation de moyens, ou plus prosaïquement des économies.

Le problème c’est que les supers héros technocrates, ça n’existe que dans les tableurs excel des technocrates, pas dans la vraie vie. Sur le terrain les deux établissements connaissent de plus en plus de dysfonctionnements, les tâches administratives dévolues à la direction s’accumulant et se révélant impossibles à effectuer en temps et en heure.

La rotation des personnels sur ces postes d’ampleur mythologique n’arrangeant rien, les équipes éducatives et administratives sont obligées d’assurer le suivi entre les directions qui se succèdent à un rythme tout à fait déraisonnable. Tel Sisyphe, elles doivent patiemment instruire les nouveaux personnels de direction des us et coutumes des établissements, quand ce n’est pas les informer des réglementations et lois en vigueur (par exemple à propos de la vidéosurveillance dans les établissements scolaires).

Le paroxysme de cette aventure épique étant atteint, espérons-le, cette année lorsque le proviseur/principal en poste depuis deux rentrées s’est retrouvé en arrêt de travail au mois d’octobre pour une durée indéterminée.
Les brillants services du rectorat, soucieux de la continuité du service public, l’ont alors remplacé presque immédiatement en promouvant le proviseur adjoint du lycée au poste de chef, lui même remplacé par une CPE qui a elle quitté son ancien établissement pour devenir « faisant fonction »1.

Ce jeu de chaises musicales a malheureusement trouvé sa limite en avril 2019 lorsque le principal/proviseur par intérim s’est lui aussi retrouvé en arrêt maladie laissant les deux établissements dans une situation étonnante.
Aujourd’hui, 10 avril 2019, le collège Diderot et le lycée professionnel d’Alembert sont dirigés par les personnels suivants : un principal adjoint stagiaire de première année et un personnel « faisant fonction »1 d’aide à la direction au collège, une CPE « faisant fonction »1 de proviseur adjointe au lycée.

Il va sans dire que cela paraît bien insuffisant pour deux établissements cumulant près de 1200 élèves et autour de 150 salarié-es.

Les personnels revendiquent pour le collège Diderot :

⇒ la fin de la direction unique et la re-création des postes de direction et d’intendance perdus ;

⇒ un troisième CPE et deux AED supplémentaires ;

⇒ le retour à un nombre d’élèves de 600 qui correspond à la jauge normale de l’établissement, contre près de 750 aujourd’hui ;

⇒ le classement REP+ de l’établissement, comme cela devrait être le cas en tenant compte de la sociologie de son secteur.

1 Faisant fonction : terme technocratique pour désigner un personnel qui assure une fonction supérieure à son salaire. Par exemple un-e prof/CPE/… qui assure le travail d’adjoint-e de direction mais en gardant son salaire initial. En effet, pourquoi payer plus quand on peut payer moins ?