SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Réforme des retraites | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée | COVID-19 |

Découvrir SUD éducation 93

Agenda


Communiqué des personnels du lycée Mozart sur les conditions de rentrée (humaines et sanitaires)
Article publié le 17 septembre 2020

Communiqué du personnel du lycée Mozart réuni en assemblée générale le 11/09

Revendications adressées à la direction :

  • Sur le plan sanitaire :

Nous constatons qu’aucune information claire et adaptée n’est communiquée quant à la démarche à suivre sur le plan sanitaire. Ainsi nous demandons :


- Des consignes claires quant aux différentes mesures à prendre sur le plan sanitaire, pour les enseignants ainsi que pour les élèves qui sont totalement livrés à eux-mêmes à ce sujet. En l’absence de mesure claire, les personnels ne savent pas ce qu’ils doivent faire notamment sur les points suivants :
Nous constatons que les portes de classe restent heureusement ouvertes toute la journée pour permettre l’aération des locaux (à l’exception des salles de sciences et de musique) mais à nouveau nous n’avons pas eu de consignes quant à la démarche à suivre. Nous constatons la présence de lingettes et certains élèves en réclament pour nettoyer leur table. Elles doivent donc être approvisionnées en conséquence. Nous n’avons là encore aucune consigne précise. Dans la confusion, chacun est amené à gérer la situation à sa manière et aucune démarche commune n’est adoptée


- Une réunion dans les plus brefs délais sur deux heures de cours banalisées en présence de la direction, des agents de service et de vie scolaire et des enseignants pour clarifier et être tenus informés de ces consignes.


- Un point d’information par semaine sur les cas soupçonnés de COVID, et un point d’information systématique en cas de cas avéré. D’après nos informations, les suspicions de Covid (élèves cas contact ou ayant eux-même des symptômes) ont été révélées à l’établissement par les parents des enfants concernés : pourquoi l’ARS n’appelle-t-elle pas l’établissement pour signaler la présence de cas contact ? L’établissement n’est-il pas en soi un cas contact de l’élève concerné ? De plus, en l’absence de réaction rapide de l’ARS lors de tests positifs et étant donné le délai pour obtenir des résultats des tests, comment la direction compte-t-elle pallier ce problème ?

 

Nous dénonçons aussi une absence criante de moyens pour protéger les personnels et les élèves. Ainsi nous demandons :

 =>A titre gratuit :


- Des masques FFP2 pour les enseignants de sport qui sont davantage exposés puisque les élèves sont autorisés à retirer leur masque lors de la pratique sportive. Nous attendons aussi une réponse à la demande formulée quant au fait de pouvoir libérer les élèves à l’issue du cours d’EPS quand les installations sportives ne sont pas disponibles pour éviter de les envoyer nombreux en permanence ou dans le vestiaire exigu.


- Des masques FFP2 voire FFP3 pour les personnels vulnérables de l’établissement.


- Des masques chirurgicaux pour les élèves.


- Des masques transparents adaptés pour les enseignants ayant en classe des élèves malentendants.


=> Pour faire face à la charge supplémentaire de travail qu’implique le COVID, l’embauche immédiate de :


- Deux agents supplémentaires pour répondre aux besoins face à la crise sanitaire. Nous demandons aussi que les trois agents absents soient remplacés immédiatement.


- Des assistants d’éducation pour répondre à l’ouverture de nouvelles classes et aux nécessités de la gestion de la crise sanitaire. Les AED ne doivent pas servir de supplétifs pour des tâches concernant les personnels de cantine ou d’entretien en sous-effectif, pas plus que les agents ne devraient assurer des tâches de vie scolaire : les deux services sont dramatiquement sous-dotés et doivent être renforcées d’urgence, point.



 

  • Sur le plan pédagogique et concernant la gestion des emplois du temps :


- Le remplacement du professeur d’histoire géographie absent.


- Les cours de SES n’ont pas été positionnés en respectant les principes énoncés lors du TRM, à savoir que les groupes au-delà de 24 élèves doivent être systématiquement dédoublés et que les classes de première doivent être plafonnées à 30 élèves. Nous dénonçons cette manoeuvre qui montre encore une fois avec quel mépris sont traités les représentants du personnel qui participent des heures durant aux séances du CA . Nous demandons que les
heures volées aux SES soient rendues. De plus, nous demandons à obtenir le TRM mis à jour et correspondant à la situation actuelle ainsi que celui qui a été présenté en fin d’année dernière pour comprendre ce qui est advenu de ces heures initialement prévues pour les SES.


- Certains emplois du temps de professeurs sont encore invivables et la direction s’est autorisée à établir des changements sans en informer certains enseignants concernés ce qui a parfois empiré certaines situations déjà très problématiques. Nous demandons que les changements soient faits dans la transparence et la concertation et que la direction continue de chercher des solutions pour les personnels qui souffrent encore de leurs EDT c’est-à-dire de leurs conditions de travail.

​​​​​​​- Certains emplois du temps d’élèves sont très déséquilibrés et comportent de trop nombreux trous. Nous demandons à ce que la direction continue à travailler à l’amélioration de ces EDT et soit à l’écoute des élèves. Si nous n’avons pas rapidement des réponses à ces demandes de la part de la direction et des engagements pour que la situation s’améliore, nous serons dans la nécessité de débrayer et de ne pas reprendre les cours en attente de ces réponses.
 

Les revendications adressées à la direction se doublent de revendications adressées aux autorités de l’Etat (rectorat et région voire mairie) :

A l’issue de cette première semaine effective de rentrée, les différents personnels de l’établissement sont d’ores et déjà dans un état de fatigue totalement anormal face aux conditions inacceptables dans lesquelles se déroule celle-ci. Aucun moyen n’a été prévu pour faire face à la crise sanitaire. Aucune subvention exceptionnelle n’a été attribuée pour répondre aux problèmes sanitaires et appliquer le protocole (achats de lingettes, de gel, de virucide etc.), les sommes auraient été prélevées sur l’enveloppe dédiées aux sorties scolaires qui n’ont pas pu avoir lieu pendant le confinement. Aucun agent de service supplémentaire n’a été prévu pour la désinfection des locaux et toutes les tâches sanitaires supplémentaires. De plus, trois d’entre eux sont en arrêt maladie et ne sont pas remplacés laissant ainsi la charge de travail déjà ingérable aux agents sur le terrain. L’absence d’emploi du temps aménagé et d’effectifs restreints en classe rendent le travail des enseignants délétère. Le port du masque sur l’ensemble de la journée, dans des salles à 35 élèves et où la température est parfois très élevée apparaît déjà comme intenable physiquement, ce qui met déjà en danger la santé de certains personnels et de certains élèves.

​​​​​​​Cette rentrée dans ses conditions d’incurie témoigne clairement d’une maltraitance institutionnelle sur l’ensemble des élèves et des personnels. A ce titre nous exprimons notre soutien total aux courageux collègues du lycée Paul Éluard de Saint-Denis qui ont pris la décision de débrayer et se sont rendus au rectorat pour obtenir des réponses à leurs questions. Personne n’a daigné les accueillir. Chacun s’accorde ici à considérer que cette situation ne peut pas durer. Sachez-le.