SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Réforme des retraites | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée | COVID-19 |

Communiqué 2S2C
Article publié le 17 juin 2020

Des inégalités territoriales accrues
Le résultat en sera un transfert de compétences de l’Éducation nationale vers les collectivités, et de ce fait un accroissement des inégalités entre les territoires en matière d’offre de formation. Nous le voyons déjà dans les communes qui ont mis en place le dispositif dès le 11 mai : les activités proposées dépendent des moyens disponibles dans chaque municipalité. Elles peuvent être variées dans les communes riches et se limiter à un service de garderie dans les communes les plus pauvres . Quelles seront les activités proposées en Seine-Saint-Denis, département le plus pauvre de France ? Nous ne sommes pas dupes, les compensations annoncées versées aux collectivités ne seront pas à la hauteur des besoins. Nos élèves du 93, encore plus fragilisé·es par la gestion de la crise sanitaire, seront encore ceux et celles qui paieront les frais de ce dispositif , comme cela a été le cas avec la modification des rythmes scolaires et la mise en place des TAP dans le 1er degré.

Une école conservatrice et réactionnaire
Le projet consiste en effet à externaliser ce qui concerne le sport et les activités artistiques vers les collectivités. Que ce soit dans le premier ou le second degré, ces enseignements font intégralement partie des missions des personnels enseignants. Pour Blanquer, il s’agit là d’une nouvelle opportunité de recentrer les apprentissages scolaires sur le “lire-écrire-compter”, et d’éloigner l’école de la société. Pour SUD éducation, les activités physiques et artistiques font partie intégrante d’un enseignement émancipateur, contre une vision utilitariste de l’école qui se limite à l’enseignement des supposés fondamentaux. Elles nécessitent une formation initiale et continue importante et la professionnalité des enseignant-e-s qui les dispensent ne peut être foulée aux pieds de cette manière. De plus , en réduisant l’école aux « fondamentaux », les élèves allophones particulièrement nombreux·ses dans notre département seront très fortement impacté·es car ce sont surtout les autres disciplines qui permettent de favoriser leur inclusion. Où est l’école inclusive tant vantée par JM Blanquer ?

Casse du statut des personnels
Ce transfert de compétences est de plus une menace contre les garanties statutaires. L’avenir du corps des professeur·es d’EPS est particulièrement concerné, dans le cadre qui se dessine d’un remplacement l’EPS par les clubs de sports. Celui des enseignant-e-s artistiques l’est aussi. Au-delà, avec la perspective d’une articulation du temps éducatif entre enseignements scolaire le matin et activités prises en charge par les collectivités l’après-midi, c’est bien une attaque d’ampleur contre les obligations de service qui s’annonce. On ne peut que craindre que la mise en place de ce dispositif permette au ministère de rogner les 38 000 postes de professeur·es d’EPS et les 16 000 emplois de professeur·es d’éducation musicale et d’arts plastiques.

PDF - 271.3 ko