SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Stagiaires | Supérieur | Réforme des retraites | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée |

Collège République : mutées de force dans « l’intérêt du service », elles ne sont pas remplacées à la rentrée...
Article publié le 6 septembre 2019

Le 3 juillet dernier, le Recteur de l’Académie de Créteil a pris la décision autoritaire de procéder à des « mutations d’office dans l’intérêt du service » touchant deux enseignantes du collège République. Cela malgré une mobilisation exceptionnelle qui les a vues récolter plus de 10 000 signatures de pétition, une centaine de lettres de parents d’élèves et des dizaines signées par des collègues et anciens collègues.

L’intérêt du service selon le Recteur, c’est donc de muter de force deux enseignantes syndicalistes qui ont exercé pendant plus de 20 ans dans un collège REP+ du 93.

L’intérêt du service selon le Recteur, c’est aussi qu’à la rentrée ces deux enseignantes ne soient pas remplacées.

En effet, les personnels du collège République de Bobigny ont appris le vendredi 30 août qu’il manquait un·e prof de Français et un·e d’Histoire-Géo, soit les deux disciplines de ces enseignantes. A ce jour, plusieurs classes n’ont aucun de ces enseignements.

L’intérêt du service selon le Recteur, c’est donc de mépriser les élèves, leur famille et les équipes pédagogiques, c’est-à-dire l’ensemble de la communauté scolaire.

SUD Education 93 rappelle que ces deux enseignantes aux états de service irréprochables ont subi une sanction déguisée en étant mutée d’office, qu’aucun fait n’a été établi pour justifier cette décision et qu’elles n’ont même pas eu le droit de se défendre.

SUD Education 93 continue à dénoncer un cas sans précédent de répression anti-syndicale et demande le retour de ces deux enseignantes dans leur collège d’origine, pour qu’enfin les élèves du collège République de Bobigny aient droit à une scolarité digne de ce nom.