SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Anti-répression | ATTEE - Administratif⋅ves | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Violences sexistes et sexuelles | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | COVID-19 |

CTSD 1er degré écoles - Janvier 2022 - Les mesures actées
Article publié le 29 janvier 2022

Ci-dessous les documents et les mesures suite au CTSD du vendredi 28 janvier

 

Le DASEN est revenu sur quelques fermetures dans les écoles du 93.

Excel - 614 ko
Mesures carte scolaire rentrée 2022

Les organisations syndicales SUD, CGT, SNUIPP et SNUDI FO ont voté contre la carte scolaire. L’UNSA s’est abstenue.

Le DASEN nous a dit que les masques chirurgicaux et FFP 2 étaient dans les circonscriptions. Si vous ne les avez pas reçus vous pouvez nous contacter. contact@sudeducation93.org
Chaque enseignant-es et AESH doit recevoir une boîte de 50 masques chirugicaux. Il n’a pas répondu à notre question sur un réapprovisionnement éventuel.

Chaque enseignant-e et AESH doit recevoir une attestation lui permettant la délivrance en pharmancie de 10 autotests par mois.

Les contractuel-les embauché-es actuellement le sont jusqu’à la fin de l’année scolaire. 50 ont été recrutés pour l’instant.

Pour les écoles maternelles en REP : gel des décharges en cas de fermeture démographique et ouverture de moyen supplémentaire GS.

Pour les maternelles en REP + : l’ensemble des postes seront pris en compte dans la quotité de décharge de direction.

 

PDF - 107.5 ko
Modifications des rattachements des postes pour les circonscriptions de Bobigny 2 ASH et Bobigny 3 ASH
PDF - 104 ko
Mesures complémentaires Réserve ouverture écoles
PDF - 195.5 ko
Banalisation écoles application
PDF - 207.6 ko
Mesures ASH UPE2A ULIS
PDF - 192.7 ko
L’accompagnement des enseignat-es
PDF - 198.8 ko
Adaptation du réseau d’écoles à la démographie : créations et fermetures d’écoles

 

 

Déclaration liminaire SUD Éducation 93 CTSD 28 janvier 2022 

Monsieur le DASEN de Seine-Saint-Denis,

Ce CTSD s’ouvre dans un contexte de mobilisation pour l’augmentation des salaires, contre la précarisation des personnels de l’éducation nationale, contre la mauvaise gestion de la crise sanitaire et pour davantage de moyens dans l’Éducation. SUD éducation, avec les personnels, revendique des moyens de protection en quantité suffisante dans les écoles ( la promesse des masques FFP2 suite à la grève massive du 13 janvier, des capteurs de CO2, purificateur d’air, des masques chirurgicaux, des autotests), des recrutements pour faire face aux besoins en remplacement accrus dans la période et plus globalement un plan d’urgence pour l’éducation, sur le plan des moyens comme celui des salaires. 

Même si ce CTSD a trait à la question plus spécifique de la préparation de la rentrée, nous souhaitons avoir des informations précises sur la déclinaison pour le 1er degré 93 des annonces faites. Quel nombre de contractuel·les vont être recruté·es ? Quel est le volume et le calendrier de distribution de masques chirurgicaux et FPP2 prévu ? Combien de contractuel-les ont été recruté-es ?

Bien sûr, ces annonces sont très insuffisantes pour SUD éducation, mais nous souhaitons avoir des informations à ce propos. 

Ce CTSD traite donc de la préparation de la rentrée 2022. 

Pour faire le lien avec la crise sanitaire, nous pouvons déplorer le fait que le plan d’urgence que nous revendiquons depuis le printemps 2020 n’est pas mis en œuvre. Nous sommes globalement très loin des besoins généraux du service public d’éducation, et en particulier dans le contexte où la crise sanitaire a exacerbé les inégalités scolaires. En effet, avant même le début de la vague Omicron ou même le COVID, les problèmes de remplacements étaient systémiques dans le département. Le nombre de journées non-remplacées a augmenté de façon exponentielle. Pour masquer son incompétence et son aveuglement idéologique d’austérité budgétaire, le ministre accuse les enseignant-es « d’absentéisme » et dans le même temps, n’utilise pas son budget à hauteur de 75 millions d’euros. 

Le dernier protocole sanitaire, transmis à nouveau par voie de presse payante, la veille pour le lendemain pour changer trois fois en une semaine ne protègent ni les personnels ni les enfants.

La brutalité de ces pratiques qui consistent à mettre les personnels devant le fait accompli d’un protocole qui est en réalité inapplicable sur le terrain, n’est que la récurrence des pratiques managériales brutales instaurées par le ministre de l’éducation nationale.

Les enseignant-es se sentent méprisé-e.s.

Les directions d’école qui sont devenus des auxiliaires de l’ARS, croulent sous les taches et passent leur temps à demander, vérifier et faire remonter des demandes et des attestations de tests, les cas contacts et les cas positifs. Elles n’ont strictement plus aucune disponibilité pour exercer leurs missions qui étaient déjà pléthoriques.

Les enseignant-es veulent du matériel de protection efficace et des moyens humains en nombre suffisant pour pouvoir travailler dans des conditions acceptables et offrir aux élèves des conditions d’apprentissage décentes auxquels ils ont droit.

73 créations nettes ! Des miettes pour l’école dans le département le plus pauvre de France métropolitaine.

C’est très insuffisant pour répondre aux objectifs ministériels qui sont à la fois au contingentement à 24 des GS, CP, CE1 hors éducation prioritaire et la poursuite du dédoublement des GS en éducation prioritaire.

Les classes de CP CE1 et prochainement de GS dans les REP sont plus proche de 14 que de 12 élèves par classes comme proclamés par le ministre et ses soutiens. 

Le contingentement à 24 des classes de GS, CP, CE1 hors éducation prioritaire n’est pas possible sans faire augmenter significativement les effectifs des autres classes au regard du nombre d’enseignant-es en Seine-Saint-Denis.

73 postes c’est insuffisant pour compenser des années de suppressions de postes, et encore plus insuffisant pour faire face de manière durable à la pandémie. C’est également très insuffisant pour permettre aux enseignant-e-s de compenser les difficultés scolaires qui se sont accumulées pendant le premier confinement.

La réalité dans les écoles de Seine-Saint-Denis est très loin de la propagande ministérielle.

Il est nécessaire de répondre aux revendications des personnels et à la situation critique des les écoles du 93 :

SUD Éducation a chiffré ces mesures à 1000 postes de remplaçant-es dans les écoles du département. 

Cela nécessite bien sûr un plan pluriannuel de recrutement et une augmentation significative des salaires pour attirer suffisamment de candidats aux concours d’enseignement.

SUD éducation revendique des postes d’AESH pour couvrir les besoins des élèves en situation de handicap et l’abandon des PIAL

SUD éducation revendique la titularisation, sans condition de concours et de nationalité, et la formation des personnels contractuels.

SUD éducation revendique le rétablissement des RASED* avec un RASED complet par école ainsi que la création de postes d’assistantes sociales 

SUD éducation 93 revendique des effectifs réduits dans toutes les classes de la PS au CM2 : 16 en éducation prioritaire / 20 hors éducation prioritaire.

Pour atteindre cette revendication, il faudrait 2 094 créations de postes dans le département !

Pour rappel, les postes de RASED sont décimés depuis plusieurs années : il y a actuellement 

un poste E pour 1 325 élèves et un poste G pour 2 046 élèves dans le département ! Les psychologues scolaires se font encore plus rares dans les écoles (on n’a pas les chiffres, d’ailleurs il faudrait demander ; comme ça on pourrait faire notre calcul)

PDF - 33.5 ko
Déclaration liminaire SUD Éducation CTSD 1er degré école