SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée |

CTSD 1er degré : Qui méprise qui ?
Article publié le 8 février 2019

7 heures de « dialogue social » pour entendre le DASEN expliquer que le 93 est toujours surdoté : 282 postes contre 466 l’année dernière pour une augmentation d’environ 1300 élèves !

Concernant les mesures de modifications de barémage pour le mouvement intra, nous avons reçu les documents la veille au soir du CTSD. Quand la mandatée de SUD Education 93 lui dit qu’il n’était pas possible pour elle d’étudier les documents dans la nuit et de consulter les membres de son organisation, le DASEN répond « vous auriez dû. » C’est du mépris pour notre syndicat et une remise en cause du paritarisme ! Toutes les OS ont donc décidé de ne pas prendre part au vote pour prendre le temps nécessaire d’étudier les dits documents. Le DASEN s’est fâché, dénonçant le « mépris des organisations syndicales envers le travail de la DSDEN » et a même proféré des menaces : « Dans ce cas là, je peux décider de ne pas tenir certains de mes engagements » .

Dans sa déclaration liminaire, SUD Education 93 dénonce la très faible dotation et annonce qu’on votera contre ces mesures insuffisantes. Le DASEN, comme à chaque fois se dit « choqué » d’annoncer son intention de vote avant et nous accuse de « mépris envers le dialogue social. »

Concernant les dispositifs CP/CE1, quand on dénonce leur supercherie et/ou son inadaptabilité, en pointant du doigt que le DASEN est loin de se rendre compte des difficultés vécues par les collègues sur le terrain, il répond : « Je suis allé récemment encore dans une école. Les gens que je rencontre sont enthousiastes. Ils se rendent compte qu’on fait un sérieux effort » !

Quand SUD Education 93 prend la parole pour défendre une situation d’école, dénoncer le manque de moyens ou réclamer le plan d’urgence, le DASEN lève les yeux au ciel ou coupe la parole à la mandatée, n’accordant aucun crédit à son propos. SUD Education 93 n’est pas dupe de ce simulacre de démocratie et continuera d’appuyer les écoles qui se mobiliseront.

Lors du rassemblement devant la DSDEN pendant la tenue du CTSD, 150 personnes étaient réunies pour dénoncer la dotation catastrophique pour les écoles. Certaines écoles touchées par des fermetures étaient en grève, quelques unes complètement fermées.

Au cours du CTSD , le DASEN annonce que :

- les CE1 en REP ne seraient pas systématiquement dédoublés, sauf si les locaux le permettent. Il ne touche pas à ce qui a déjà été mis en œuvre en REP et REP+ ;

- un « protocole d’accompagnement » est prévu pour tous les CP en REP. SUD Education 93 rappelle qu’il est possible de refuser ces visites, qui peuvent être vécues comme des évaluations infantilisantes et soutiendra tou·tes les collègues qui les refuseront ;

- les décharges de direction ne seraient pas touchées, en cas de fermeture ou de suppression d’un moyen. Elles sont gelées jusqu’en 2020, avant la fin de la mise en œuvre du dispositif ministériel ;

- concernant les structures d’école, le DASEN « tolère » que les moyens prévus pour les cycle 3 soient utilisés pour le dispositif CP/CE1 et vice-versa, tant que les « mesures ministérielles » sont respectées, à savoir une réduction conséquente des effectifs en CP et en CE1. SUD Education 93 réaffirme le droit à l’auto-gestion du conseil des maître·sses et invite les équipes à se saisir des moyens alloués pour adapter au mieux leur structure d’école. Les classes multi-âge, fonctionnement adopté dans certaines écoles, peuvent par exemple être une alternative. C’est nous qui travaillons, c’est nous qui décidons !

SUD Education 93 soutiendra toutes les luttes pour rompre avec les politiques libérales et pour obtenir les moyens nécessaires et un budget à la hauteur des besoins de nos élèves du département qui souffrent d’inégalités socio-économiques et territoriales criantes.