SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Bonne année de luttes 2009 !
Article publié le 8 janvier 2009

La fin 2008 a été marquée par de très fortes et prometteuses mobilisations dans l’éducation mais aussi dans d’autres secteurs de la fonction, publique (La Poste contre la privatisation, SNCF contre la réforme du fret).

Dans notre secteur la grève du 20 novembre fera date tant par l’ampleur du nombre de grévistes que par l’intérêt des débats qui ont eu lieu dans les AG (nécessité d’un mouvement interpro, avancée de l’idée d’une grève "durable", etc.).

Les organisations syndicales réformistes n’ont pas voulu capitaliser cette colère pour appuyer un mouvement qui paraissait prometteur à la fin novembre.

La rage des collègues (dans les écoles) et le ras-le-bol des lycéens ont eu raison, au moins en partie, de l’inertie des grosses structures avec des intiatives intéressantes comme :

- le rassemblement très réussi devant le Salon de l’éducation (dont l’idée a germé dans les têtes des camarades de SUD 94) (dont il faut faire la pub car il a fait fuire Darcos !)

- le rassemblement devant le Sénat du 3 décembre avec la FNAME et la FNAREN

- les occupations d’écoles dans le Val de Marne

- les actions d’éclat ici ou là pour marquer notre refus des réformes Darcos et de la disparition des RASED, etc.

- les occupations et les manifs lycéennes contre la "régression"Darcos des lycées

Et cette ébullition a eu raison en partie du masque d’invincibilité dont se pare le gouvernement et le ministère depuis mai 2007.

De fait Darcos, devant la peur d’un "embrasement à la grec" a reculé ! Il faut considérer ce recul pour ce qu’il est : un acquis de la mobilisation et un témoignage de la peur d’une extension de la lutte.

Notre rôle est bien sûr de propager cette peur et d’étendre les foyers qui ont "pris" en décembre :

- les écoles qui suspendent par centaines les aides personnalisées

- les lycées où les élèves, voire les profs sont mobilisés

En janvier, nous avons face à nous un véritable calendrier de mobilisations critiquable certes (car la date de grève du jeudi 29 janvier arrive très tard) mais qu’il me semblerait très dommageable de ne pas soutenir et de ne pas investir sans hésiter :

- Manif lycéenne du jeudi 8 janvier

- Nuit des écoles du vendredi 16 janvier

- Manif de défense de l’éducation du samedi 17 janvier

- Rassemblement devant l’IA du 93 (Bobigny) des motions de "gel des aides personnalisées", le mercredi 21 janvier

- Grève interpro du Jeudi 29 janvier

La mobilisation se construira tout au long du mois et les actions locales (voire les grèves locales ou départementales) ne manqueront pas !
Notre intérêt est de porter partout à l’extension des mobilisations existantes. L’idée du Salon de l’éducation est une proposition de SUD qui s’est appuyée sur la volonté des collègues de poursuivre au-delà du 20 novembre. En ce sens, elle a été réussie.

C’est dans ce sens que nous devrions, agir en janvier-février 2009.

Propositions :

*Soutien au calendrier Unitaire du mois de Janvier en essayant de déborder-prolonger les initiatives unitaires partout où c’est possible

*Pour construire un pôle "éducation en lutte" qui apparaîtrait le 17/01 et le 29/01 (et qui pourrait permettre de nouer des contacts à la base entre lycéens, étudiants et profs syndiqués à SUD, dans les villes),

*Développer les liens interpros dans le cadre de l’US Solidaires pour lancer des Collectifs de Défense des Services Publics et de l’emploi, parout là où c’est possible.