SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Audience des directions de Saint-Denis 1 & 2
Article publié le 17 octobre 2014

Le compte rendu complet des interventions de l’audience ici.


Plusieurs réunions de directeurs, d’abord de Saint-Denis 2, élargies ensuite à Saint-Denis 1, ont permis de regrouper les situations vécues par les équipes. Une demande d’audience au DASEN a débouché sur une rencontre au collège Lurçat mercredi 15 octobre. Un état des lieux a été dressé. La réponse du DASEN est claire : rien, sinon des promesses pour la rentrée 2015...
La prochaine étape sera définie par les directions et les équipes, d’ores-et-déjà sont envisagées des audiences au rectorat et au Ministère.

Le dialogue social à la sauce Brison

Les réunions préparatoires avaient abouti à demander la présence de représentants syndicaux lors de l’audience (audience que le DASEN considérait comme une « invitation » de sa part...). Les représentants de SUD Education et du SNUIPP étaient présents en tant qu’observateurs. L’IEN et le DASEN ont exercé une forte pression sur le représentant de SUD Education pour qu’il quitte la salle avant la réunion (ce qu’ils ne pouvaient faire avec la camarade du SNUIPP, également directrice). Nous tirons notre mandat des collègues et non de la hiérarchie, nous avons donc refusé.

Le syndicat, c’est juste pour la déco ?

Il ne faut pas se tromper : ce sont les directeurs qui ont organisé les interventions lors de cette audience, mais la présence syndicale est un marqueur. Il ne s’agit pas d’une « invitation » de la hiérarchie aux directeurs pour une séance lacrymale, mais d’une audience de collègues exaspérés, à bout. La présence syndicale est dans ce contexte, en appui, plus que justifiée. Représentants syndicaux, nous ne sommes pas des pantins tout juste bon à exprimer des revendications non entendues dans les instances paritaires : nous sommes là également (!) pour lutter avec les collègues afin que cesse l’autisme de notre administration et que nos demandes, nos exigences, soient enfin entendues. Et pour qu’elles soient entendues, il faudra sans doute songer à les exprimer plus fortement, dans l’unité.