SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée |

Appel à la grève toute la semaine et à la manifestation le 11 décembre 2018
Article publié le 10 décembre 2018

Appel à la grève et à rejoindre la manifestation lycéenne le mardi 11 décembre

Sois sage et tais-toi SUD éducation 93 est extrêmement inquiet de la répression qui s’abat sur les lycéen·ne·s de Seine-Saint-Denis et des quartiers populaires en général depuis le début de la semaine. Un pic de violence a été atteint : interventions policières avec grenades lacrymogènes, grenades de désencerclement, utilisation de lanceur de balles de défense (flashball) sur les parties vitales des élèves et sur les personnels, usage du taser, coups et blessures graves, humiliations, provocations, insultes. De nombreux·ses lycéen·nes ont été interpelé·es, placé·es en garde à vue (pour certain·es gradé·es près de 72 heures).
Un grand nombre de lycées sont concernés sur le 93 et plus largement en Ile-De-France : à Romainville au lycée Liberté, à Stains au lycée Utrillo, au Blanc-Mesnil au lycée Mozart, à Drancy au lycée Delacroix, à Aulnay-sous-Bois, au lycée Maurice Utrillo à Stain, à Garges-les-Gonesse (95) au lycée Simone de Beauvoir, à Ivry (94) au lycée Romain Rolland, à Nanterre (92) au lycée Joliot Curie, à Mantes-la-Jolie (78) au lycée Saint-Exupéry, et bien d’autres.
Des motions et communiqués de collèges et lycées en grève sont disponibles ici : https://www.sudeducation93.org/Mouvement-lyceen-blocages-d-etablissement-repression-policiere-et-communiques.html
La répression s’étend désormais aux collègien·nes et aux personnels se rendant sur leur lieu de travail.
La préfecture a donné l’ordre aux chef·fe·s d’établissement d’ouvrir les lycées et mobilise les forces de l’ordre, les CRS mais aussi la BAC, pour garantir leur ouverture, comme si nos élèves étaient des criminel·le·s. SUD Education 93 dénonce l’usage de ces armes qui mutilent, des LBD comme des grenades de désencerclement, sur nos élèves. Les forces de l’ordre mettent en danger la sécurité des élèves et des personnels.
Les revendications des élèves sont légitimes : ils et elles protestent contre les réformes inégalitaires qui mettent en danger leur avenir : réforme du bac, réforme des lycées, sélection à l’université… Si le mouvement est aussi fort en Seine-Saint-Denis, c’est parce que les lycéen·nes comme les personnels ne supportent plus ces conditions d’étude et de travail désastreuses. Les suppressions de postes et le manque de moyens largement dénoncés par les personnels des établissements du département depuis des années conduisent nécessairement à une expression violente de la part de la population scolaire. Encore une fois, plutôt que de donner aux lycéen·nes les moyens de s’organiser, d’exprimer des revendications en mettant des salles à disposition par exemple, l’institution envoie les forces de l’ordre pour gazer, matraquer, mutiler les lycéen-ne-s et les personnels. Les victimes sont nombreuses, les blessures graves et le droit d’expression, de réunion et de mobilisation des lycéen-ne-s n’est pas garanti.
Pour un plan d’urgence dans le 93 : pour des postes d’administratifs, d’AED, de profs, pour une médecine scolaire décente !
SUD Education 93 appelle les personnels à se mettre en grève pour rejoindre les lycéen-ne-s en lutte contre les réformes réactionnaires, libérales et de tri social de Blanquer et pour protester contre les violences policières.
SUD Education 93 appelle les personnels à la grève et à se joindre à la manifestation lycéenne du mardi 11 décembre.