SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Réforme des retraites | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée | COVID-19 |

Découvrir SUD éducation 93

Agenda


Agir collectivement contre les violences sexuelles, sexistes et LGBTQIphobes
Article publié le 27 février 2020

Stage de formation syndicale interprofessionnel - Solidaires 93

Les violences sexistes, sexuelles et LGBTQIphobes sont très fréquentes dans nos lieux de travail.

Selon une enquête de l’IFO réalisée en 2014 sur le harcèlement sexuel au travail , 1 femme sur 5 est confrontée à une situation de harcèlement sexuel au cours de sa vie professionnelle.
• Près de 30% des victimes de harcèlement n’en parlent à personne
• Moins d’un quart en font part à la direction ou à l’employeur
• Seulement 5% des cas sont portés devant la justice

Les violences au travail comprennent insultes, discriminations, harcèlement, menaces, chantage mais aussi les agressions sexuelles et le viol. Parmi les victimes de ces violences, les femmes célibataires, précaires, racisées, bisexuelles et lesbiennes sont les plus exposées. Les personnes transgenre et intersexe sont particulièrement touchées.

Selon une enquête de l’IFOP de 2018, une personne LGBTQI sur trois affirme avoir déjà été discriminée en raison de son orientation sexuelle au cours de sa vie, les discriminations les plus
fréquentes ayant eu lieu dans le milieu professionnel (25 %).

Ces violences sont peu dénoncées car les hommes agresseurs, se sentant protégés par la société patriarcale, agissent en toute impunité et utilisent les stratégies typiques de l’agresseur : menace, chantage, popularité, position hiérarchique, isolement et décrédibilisation de la victime ...

Comment sortir du silence ?

Comment accompagner les victimes ?

Quels outils collectifs et syndicaux mettre en place
contre ces violences ?

Comment ces violences sont gérées par les institutions ?

Comment créer un rapport de force pour gagner une lutte
sur ces questions-là ?

 

Comment gérer ces violences présentes au sein
de nos organisations syndicales ?

Des temps de plénières et d’ateliers seront proposés pour échanger sur nos expériences et nos
pratiques, tenter de répondre à ces questions et construire des outils communs pour luter
contre ces violences.

Où ?
A la Bourse du Travail de Saint-Denis,

Quand ?
le jeudi 23 avril 2020


Comment s’inscrire ?
 

En déposant une demande de congé pour formation syndicale auprès de votre hiérarchie, et en vous inscrivant auprès du syndicat.

Formulaire d’inscription et modèle de demande de congé ici : https://sudeducation93.org/Stages-formulaire-d-inscription.html

Programme

9h : Accueil des stagiaires

9h30  : Plénière 1

– Présentation générale du stage

Les violences faites aux femmes au
travail par l’AVFT
(Association européenne
contre les violences faites aux femmes au
travail)

Comment luter contre les violences
LGBTQI ? par SOS Homophobie


13h : Déjeuner partagé

14h : Plénière 2

Les outils de l’union syndicale Solidaires

15h15 : Ateliers

17h : Bilan collectif


Ateliers

● Pratique d’autodéfense en non-mixité (sans
hommes cisgenre) animée par l’ARCA-F

● Agir contre les violences sexistes et
sexuelles dans l’Education nationale

● Se défendre contre les LGBTQIA+phobies au
travail

● Prise de parole en public

● Analyse de pratiques pour permettre à des
équipes ou des personnes ayant été confronté·es à
des situations de violences sexistes, sexuelles ou
LGBTQUI+phobes au travail de revenir sur ces
situations et réféchir collectivement à des stratégies
pour y répondre

● Se défendre contre les violences liées à la
maternité au travail

Tout au long de la journée, un espace d’écoute organisée par des camarades sera mis en place afin de pouvoir discuter ou gérer une situation émotionnellement difficile dans un cadre plus confidentiel et sécurisant. Un espace sera mis en place si besoin de s’isoler.

Attention, il n’y a que 70 places, ne tardez pas à vous inscrire !

 

PDF - 143.3 ko
Plaquette à imprimer