SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée |

ALERTE : les lycéen-ne-s mobilisé-e-s et les personnels victime de violences policières en Seine-Saint-Denis !
Article publié le 6 décembre 2018

SUD éducation 93 est extrêmement inquiet de la répression qui s’abat sur les lycéen-ne-s de Seine-Saint-Denis et des quartiers populaires en général depuis la semaine dernière.
Les revendications des lycéen·ne·s sont légitimes : avec elles/eux, nous demandons l’abandon des réformes Blanquer sur les lycées, de la loi ORE, du dispositif ParcourSup.
Nous demandons un plan d’urgence dans le 93, pour l’éducation, et les services publics, avec des créations de postes massives.
Plus généralement, nous appelons les collègues à rejoindre la mobilisation des gilets jaunes, et demander avec l’augmentation des salaires, une autre répartition des richesses.

Suivi au fil de la journée.

Vendredi 14 décembre

- Lycée Denis Papin bloqué

- Rassemblement massif au Rectorat de Créteil : 500 personnes

JPEG - 176.1 ko

Mardi 11 décembre

- Au lycée pro Bartholdi de Saint-Denis, la situation est très tendue. Des étudiant·es avaient rejoints les lycéen·nes en lutte. La police a chargé le groupe et interpellé 2 lycéens et 2 étudiants. Nous attendons des nouvelles.

- Au Blanc-Mesnil, les lycéen·nes ont organisé un blocus, un cortège de 100 personnes est parti en manif dans la ville escorté par une voiture conduite par des parents d’élèves et accompagné par une dizaine de profs. Les autres restent sur place pour voir ce qui se passe devant le lycée où des feux de poubelles commençaient à être allumés. Une vingtaine d’élèves seulement sont entrés au lycée qui est resté ouvert malgré les dangers.
Dans le collège Eugénie Cotton voisin, un élève a été interpellé très violemment.

- Au collège Robespierre à Epinay/Seine, des collègues sont en grève et rejoigne la manifestation lycéenne.

- A Marcel Cachin à Saint-Ouen, présence policière à 7h45 pour faire entrer les élèves en tre 8 et 10h, essai de blocus et répression immédiate, lacrimogène et tire de flashball. Un élève a été victime d’un tir de flashball. le communiqué ici.

- A Paris 8, un appel à rejoindre les lycéen·nes a été rédigé hier soir : appel de P8

- A Paul Eluard à Saint-Denis, blocage par chaine humaine mais les cours ne sont pas suspendus. Soutien des élèves de Bartoldi qui n’avait pas cours ce matin (lycée fermé).

Lundi 10 décembre

- Au lycée Jean Rostand à Villepinte, les lycéen·ne·s ont bloqué ce matin. Les collègues sont en droit de retrait, et seront en grève demain. Le communiqué des personnels ici.

- Au lycée Jean Zay d’Aulnay, après un blocage sans violence des lycéen·ne·s le chef d’établissement a tenté de forcer le passage. Les forces de police ont pris prétexte de la confusion qui s’en est suivi pour gazer les élèves. Le communiqué des personnels ici.

- Au lycée Mozart du Blanc-Mesnil, les lycéen·ne·s ont bloqué l’établissement ce matin. Des parents et personnels sont présents en soutien. Le lycée a été évacué à 10h30.

- Au lycée Jean Renoir de Renoir, les lycéen·ne·s se sont rassemblé·e·s ce matin. Une AG commune personnels/lycéens se tient ce matin.

- Le lycée Utrillo de Stains est bloqué ce matin. Les personnels se réunissent en AG.

- Le lycée Condorcet de Montreuil est occupé depuis ce matin, seuls les élèves rentrent, et elles/ils ont pris en main l’organisation du lycée : réunions, ateliers de discussions, travail en autonomie, AG. Le communiqué des personnels ici.

- Le collège Victor Hugo d’Aulnay est majoritairement en grève : la direction a décidé de fermer l’établissement. Le communiqué des personnels ici.

- Au collège Diderot et au lycée d’Alembert d’Aubervilliers, les CRS ont chargé et gazé. Une enseignante a été blessée par un éclat de grenade lacrymo. Un AED et le chef d’établissement ont été molestés par les flics, et au moins un collégien a été arrêté. Les collègues ont interpellé le recteur. Voici leur courrier.

- Au lycée le Corbusier d’Aubervilliers, il y a eu une tentative de blocage ce matin. Certain·e·s collègues se sont mis en grève. Ils/elles seront massivement en grève demain, mardi 11 et vendredi 14 décembre.

- Le lycée Paul Eluard de Saint-Denis est bloqué. Les cours sont suspendus ce matin.

Vendredi 7 décembre

Tous les communiqués des établissements en cliquant ici.

Jeudi 6 décembre
Aujourd’hui, un pic de violence a été atteint :

- à Romainville, au lycée Liberté, quelques feux de poubelles ont servi de prétexte à une intervention policière avec grenades lacrymogènes et grenades de désencerclement. Deux élèves ont été interpellés.

- à Stains, au lycée Utrillo, la police a enchaîné les provocations à l’égard des élèves comme des personnels qui ont du faire un cordon de sécurité pour protéger les élèves de la police. Deux élèves ont été interpellés et des grenades lacrymogènes ont été utilisés.

- au Blanc-Mesnil, au lycée Mozart, la situation est extrêmement tendue, les grenades lacrymogènes des forces de l’ordre empêchent les personnels de travailler.

- à Drancy, au lycée Delacroix, les forces de l’ordre ont tiré au LBD sur les élèves, un personnel a été touché et des élèves ont été interpellés.

- à Aulnay-sous-Bois, des élèves ont été interpellé-e-s, tasé-e-s et mis-e-s en joue avec des LBD.

JPEG - 84.9 ko

La préfecture a donné l’ordre aux chef-fe-s d’établissement d’ouvrir les lycées et mobilise les forces de l’ordre, les CRS mais aussi la BAC, pour garantir leur ouverture, comme si nos élèves étaient des criminel-le-s. SUD Education 93 dénonce l’usage de ces armes qui mutilent, des LBD comme des grenades de désencerclement, sur nos élèves. Les forces de l’ordre mettent en danger la sécurité des élèves et des personnels.

JPEG - 239.8 ko

Les revendications des élèves sont légitimes : ils et elles protestent contre les réformes inégalitaires qui mettent en danger leur avenir : réforme du bac, réforme des lycées, sélection à l’université… Si le mouvement est aussi fort en Seine-Saint-Denis, c’est parce que les lycéen-nes comme les personnels ne supportent plus ces conditions d’étude et de travail désastreuses. Les suppressions de postes et le manque de moyens largement dénoncés par les personnels des établissements du département depuis des années conduisent nécessairement à une expression violente de la part de la population scolaire. Encore une fois, plutôt que de donner aux lycéen-nes les moyens de s’organiser, d’exprimer des revendications en mettant des salles à disposition par exemple, l’institution envoie les forces de l’ordre pour gazer, matraquer, mutiler les lycéen-ne-s et les personnels. Les victimes sont nombreuses, les blessures graves et le droit d’expression, de réunion et de mobilisation des lycéen-ne-s n’est pas garanti.

SUD Education 93 appelle les personnels à se mettre en grève pour rejoindre les lycéen-ne-s en lutte contre les réformes réactionnaires, libérales et de tri social de Blanquer et pour protester contre les violences policières.

Voici un appel spécifique à se mettre en grève et rejoindre la manifestation lycéenne de mardi 11 décembre -> https://www.sudeducation93.org/Appel-a-la-greve-toute-la-semaine-et-a-la-manifestation-le-11-decembre-2018.html?var_mode=calcul

L’appel de la fédération Sud éducation : https://www.sudeducation.org/Contre-les-reformes-Blanquer-et-pour-la-justice-sociale-et-maintenant-en-greve.html