SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Agent-es | Anti-répression | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Violences sexuelles et sexistes | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | COVID-19 |

3 de Bordeaux : la rectrice recule  !
Article publié le 17 décembre 2020

Le 20 novembre, trois enseignant·es du lycée François Mauriac de Bordeaux, syndiqué·es à SUD éducation, recevaient un courrier leur indiquant que la rectrice engageait contre elles et eux une procédure disciplinaire.

La rectrice reproche aux collègues de s’être mobilisé·es pour faire barrage à la mise en œuvre de la réforme du bac Blanquer. Après Cahors, Carcassonne, Clermont-Ferrand, Strasbourg, et bien sûr Melle, l’administration cherche à réprimer celles et ceux qui, engagé·es dans l’action syndicale, s’opposent à la politique ministérielle.

Aujourd’hui, nos camarades ont reçu un courrier leur indiquant la sanction décidée par la rectrice : suspension de trois jours sans traitement pour l’une, blâme pour les deux autres.


La rectrice de Bordeaux a renoncé à réunir des conseils de discipline : les dossiers sont vides, et il s’agit de sanctionner des faits de grève.


Ces sanctions, si faibles soient-elles au regard de l’ambition initiale de la rectrice, sont néanmoins inacceptables.

SUD Education 93 exige le retrait immédiat des sanctions de nos camarades du lycée François Mauriac de Bordeaux.

SUD Education 93 exige l’abandon immédiat de toutes les poursuites contre les personnels mobilisés contre les politiques rétrogrades du ministère et du gouvernement.

On ne touche pas à nos camarades !


Voici un modèle de motion de soutien et un courrier-type, à adopter par les équipes et à envoyer à 3debordeaux@sudeducation.org 

Motion-type à proposer/ adapter dans les conseils d’école et les conseils d’administration, mais aussi pour les AG, les réunion syndicales.

Le 20 novembre, trois enseignant·es du lycée François Mauriac de Bordeaux, syndiqué·es à SUD éducation, recevaient un courrier leur indiquant que la rectrice engageait contre elles et eux une procédure disciplinaire.

La rectrice reproche aux collègues de s’être mobilisé·es pour faire barrage à la mise en œuvre de la réforme du bac Blanquer. Après Cahors, Carcassonne, Clermont-Ferrand, Strasbourg, et bien sûr Melle, l’administration cherche à réprimer celles et ceux qui, engagé·es dans l’action syndicale, s’opposent à la politique ministérielle.

Le 15 décembre, nos collègues ont reçu un courrier leur indiquant la sanction décidée par la rectrice : suspension de trois jours sans traitement pour l’une, blâme pour les deux autres.

La rectrice de Bordeaux a renoncé à réunir des conseils de discipline : les dossiers sont vides, et il s’agit de sanctionner des faits de grève.
 
Les personnels de (nom de l’école, du collège, lycée) réunis en Assemblée générale/ en heure d’information syndicale avec leurs syndicats/ en conseil des maître·sses (noms des syndicats) exigent le retrait immédiat des sanctions de nos camarades du lycée François Mauriac de Bordeaux.
 
Les personnels de (nom de l’école, du collège, lycée) réunis en Assemblée générale/ en heure d’information syndicale/ en conseil des maître·sses avec leurs syndicats (noms des syndicats) exigent l’abandon immédiat de toutes les poursuites contre les personnels mobilisés contre les politiques rétrogrades du ministère et du gouvernement. On ne touche pas à nos camarades !


Courrier-type

À …………., le ………………..
 
À Madame la Rectrice de l’Académie de Bordeaux /
À M. le ministre de l’Éducation nationale 
sous couvert du chef d’établissement ou IEN pour le 1er degré,
 
Objet : retrait immédiat des sanctions contre les personnels mobilisés de Bordeaux 

Le 20 novembre, trois enseignant·es du lycée François Mauriac de Bordeaux, syndiqué·es à SUD éducation, recevaient un courrier leur indiquant que la rectrice engageait contre elles et eux une procédure disciplinaire.

La rectrice reproche aux collègues de s’être mobilisé·es pour faire barrage à la mise en œuvre de la réforme du bac Blanquer. Après Cahors, Carcassonne, Clermont-Ferrand, Strasbourg, et bien sûr Melle, l’administration cherche à réprimer celles et ceux qui, engagé·es dans l’action syndicale, s’opposent à la politique ministérielle.

Le 15 décembre, nos collègues ont reçu un courrier leur indiquant la sanction décidée par la rectrice : suspension de trois jours sans traitement pour l’une, blâme pour les deux autres.

La rectrice de Bordeaux a renoncé à réunir des conseils de discipline : les dossiers sont vides, et il s’agit de sanctionner des faits de grève.
Nous exigeons le retrait immédiat des sanctions de nos camarades du lycée François Mauriac de Bordeaux.

Veuillez croire, Madame la rectrice/M. le ministre, en notre attachement au service public d’éducation