SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Tous en grève et en AG le 20 novembre !
Article publié le 12 novembre 2014

PDF - 97.1 ko
Tract SUD
PDF - 553.3 ko
Tract Intersyndical

Le 7 novembre, Najat Vallaud-Belkacem affirmait dans un communiqué de presse
que des réponses sont apportées aux difficultés de la Seine-Saint-Denis et que le ministère fait des « efforts » améliorer la situation. Les « efforts » dont fait preuve le ministère pour améliorer la situation de ce département, totalement sinistré en matière d’éducation, qui se traduisent sur le terrain par l’austérité budgétaire et la pénurie de moyens, n’auront sans doute pas échappés aux enseignant-e-s du département.
Les enseignant-e-s de l’éducation prioritaire qui ont pris leur classe au-dessus
des seuils à la rentrée la remercieront. Les enseignant-e-s des collèges, qui ont découvert que parmi les collègues présent-e-s à la rentrée, 30% sont des contractuel-le-s qui ne seront plus là l’année prochaine en feront de même. Les collègues et les élèves qui goûtent avec plaisir la fatigue des nouveaux rythmes et l’inégalité des animations proposées par les communes seront sans doute également très reconnaissant-e-s.. Les enseignant-e-s contractuel-les du premier degré, parachuté-e-s devant les classes hors cadre légal sont sans doute ravis de leur entrée dans le métier, de même que les stagiaires pour lesquels se multiplient les dysfonctionnements, à commencer par les retards de paiement de salaire. Les enseignant-e-s en REP +, à qui l’on promettait monts et merveilles, sont enchanté-e-s de découvrir que les moyens supplémentaires prévus n’existent pas. Les enseignants-e-s de lycées sont aussi ravi-e-s des effectifs partout entre 30 et 35 élèves par classe en LGT ou des horaires non respecté en LP. Merci Madame la ministre !
Face à cette situation intolérable, des mobilisations émergent dans le département
 : pour obtenir un vrai plan d’urgence pour la Seine-Saint-Denis, il faut construire une mobilisation départementale d’ampleur, dont la grève du 20 novembre peut être un point de départ. Et pour que cette journée ne reste pas isolée, il faut multiplier les AG, dans les établissements, les villes et être nombreux et nombreuses à l’AG départementale de grève pour porter les revendications !

Les revendications de Sud Education Créteil :

Rythmes :
Abrogation du décret Peillon-Hamon
Pour une autre réforme !
Pour une école égale pour tou-tes dans un cadre national
Précarité :
Non au recours à la précarité dans le premier degré 93 comme ailleurs
Des droits pour les précaires du premier degré (grille indiciaire, CCP...)
Titularisation sans condition de toutes et tous
Moyens :
Non aux sureffectifs, baisse des seuils (18 en classe normale, 16 en éducation prioritaire, en primaire et au collège, 24 en lycée)
Des moyens pour le rétablissement des RASED, les remplacements, la scolarisation des moins de trois ans, généralisation du plus de maîtres que de classe
Education prioritaire :
Une vraie décharge pour pénibilité pour tous les personnels, dans tous les réseaux
Pas de contractualisation de moyens, pas de recrutements sur profil, pas de chantage à la pédagogie du socle
Pas de chantage aux concertation, pas de flicage du temps de présence, pas de thématiques imposées au travail en équipe
Des moyens supplémentaires pour toute l’éducation prioritaire (vie scolaire, santé-sociaux...)