SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Souffrance au travail
Article publié le 23 mars 2012

Les agents d’un lycée (93) prennent la parole !

PDF - 939.4 ko
Compte-rendu

Suite à plusieurs suicides et de nombreux avertissements de différents syndicats, la région Ile de France s’interroge enfin sur les causes du mal être des personnels qui leur sont confiés. A l’initiative de représentants SUD Education, une réunion s’est mise en place dans un Lycée du 93 pour remédier à ce problème.
Une initiative moins coûteuse et plus fiable que celle envisagée par la région, à savoir payer un organisme privé pour effectuer un audit sur cette question.
Suite à la distribution d’un tract par les agents devant le lycée, après qu’ils aient débrayé, faisant état de leurs difficultés, une réunion a été demandée au chef d’établissement à l’initiative de Sud Education Créteil.
Cette réunion s’est tenue le vendredi 17 février 2012 en présence de du proviseur, du proviseur adjoint et de l’intendante, de représentants élus au CA, des agents et des enseignants SUD et SNES.

Les agents exposent plusieurs difficultés :

1. Inquiétudes devant la dégradation des conditions de travail en raison de la circulaire de la Région.
2. Des salles de classe parfois laissées sales : détritus dans les cases, papiers jonchant le sol, graffitis sur les tables, tableaux non effacés. Les chaises très rarement mises sur les tables, ce qui accroît considérablement le travail d’entretien des salles.
3. Un manque de respect des élèves à leur égard pouvant aller jusqu’aux insultes.
4. Le non respect des consignes et des horaires d’ouverture des portes du lycée qui décrédibilise le personnel de la loge.
5. Le problème de l’entretien de la maison des lycéens.
6. Le problème de l’encombrement de la cantine par des élèves accompagnant les demi-pensionnaires.
7. Quand il y a des arrêts maladie, la charge de travail s’accroît, les salles ne sont pas forcément faites aussi systématiquement malgré le dévouement des agents.
8. Mais dans le lycée on n’en n’a pas toujours conscience.
9. Quand quelque chose ne va pas, certains enseignants vont se plaindre directement à l’intendante, il y a peu de discussions avec les enseignants.

Les agents, qui font pleinement partie du personnel éducatif,
de la communauté scolaire,
ne se sentent pas pleinement intégrés dans la vie du lycée.

Des propositions pour répondre aux revendications des agents
Certaines ont été actées et ne posent pas de difficultés particulières :
Les salles : La mise en place d’emplois du temps plastifiés et mieux fixés à l’entrée des salles de classe pour informer de l’occupation de celles-ci. Ils doivent permettre aux agents de vérifier la disponibilité des salles et aux professeurs de rappeler aux élèves de remonter les chaises sur les tables lors de la dernière heure de cours même si celle-ci a lieu en milieu de journée. Le rétablissement d’une affiche d’information en ce sens dans les salles de classe (invitation à mettre les chaises sur les tables à la fin de la dernière heure de cours). Au labo, les agents demandent que les tabourets soient montés par les élèves sur les paillasses le mercredi.
Le foyer : Les responsables de la maison des lycéens doivent veiller à l’entretien de la salle du foyer et trouver un fonctionnement qui permette de l’assurer. Le matériel nécessaire sera mis à leur disposition. Si l’entretien de la salle ne répond pas à ces exigences, la salle pourra être fermée. Il sera rappelé aux lycéens que l’entretien courant leur incombe, les agents ne seront sollicités désormais que pour le nettoyage de fond, occasionnel, qui nécessite l’utilisation de produits spécifiques.
La cantine : Les surveillants doivent veiller à ne pas permettre l’accès à la cantine des élèves qui ne sont pas demi-pensionnaires.
Renforcer l’insertion des agents au cœur de la communauté éducative : Lors de la réunion de prérentrée, il conviendrait lors de la présentation du personnel de désigner à la communauté les personnes responsables de chaque bloc. Cela permettrait aux enseignants de s’adresser directement à cette personne, en cas de besoin, sans avoir à s’adresser nécessairement au supérieur hiérarchique. Ces précisions seront indiquées dans le livret distribué le jour de la prérentrée.
D’autres restent à définir et à décider : Il a été envisagé d’organiser à la veille des vacances scolaires une séance de nettoyage des tables menée par les élèves encadrés de leurs professeurs afin de lutter contre la dégradation du matériel. Cette action relèverait d’une mission d’intérêt général visant à faire prendre conscience aux élèves de l’ampleur du phénomène et du travail supplémentaire occasionné pour les agents de service. Cette action pourrait être intégrée au projet d’établissement dans le cadre d’un renforcement de l’éducation à la citoyenneté. Elle nécessite que les professeurs se prononcent, car elle requerrait une participation active, éventuellement un peu lourde, sur une heure de cours.
C’est un climat de confiance et de respect mutuel que nous espérons ainsi rétablir. Ceci d’autant plus que les conditions de travail des personnels de la région ne cessent de se dégrader.

Assurons-les de notre soutien !

Contre la nouvelle directive sur le temps de travail que la Région cherche à imposer, une large intersyndicale appelle les agents à se mettre en grève dans la semaine du 12 au 17 aux heures de cantine !
Il a été convenu et accepté par la direction qu’une nouvelle réunion sera organisée dans deux mois pour évaluer la portée de ces mesures.

Les élus de Sud Education