SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

SERVICE MINIMUM D’ACCUEIL
Article publié le 29 juin 2008

29 juin 2008:Projet de loi de restriction du droit de grève

Service minimum de garderie contre service maximum d’éducation

Le choix du gouvernement !

Face à toutes les inquiétudes des parents d’élèves et des enseignants quant à la politique du moins d’éducation qu’il mène depuis des mois (moins d’enseignements , moins de remplaçants, moins de RASED…) le gouvernement qui a choisi de ne pas y répondre tente à présent de nous faire taire en légiférant pour restreindre le droit de grève et en profite dans la foulée pour substituer le droit à l’éducation par le droit d’accueil . En effet, dans l’article 2 du projet de loi, il est mentionné que « …tout enfant scolarisé dans une école maternelle ou élémentaire publique est accueilli pendant le temps scolaire obligatoire pour y suivre les enseignements prévus par les programmes. Lorsque ces enseignements ne peuvent pas être dispensés, il bénéficie d’un service d’accueil… » La raison pour laquelle « les enseignements ne pourraient pas être dispensés » n’étant pas spécifiée, des agents municipaux pourraient donc assurer l’accueil des enfants non seulement en cas de grève mais également en cas d’absence d’un enseignant (maladie). Avec une telle mesure on ne risque pas de voire augmenter les moyens de remplacement mais plutôt de les voir régresser ainsi cela entérinerait définitivement le manque (voire à terme la suppression) de remplaçants (ZIL, Brigades). Cet article confirme donc la menace d’une externalisation des missions de l’école et la décentralisation rampante du premier degré.

C’est pourquoi, contre le service minimum de garderie que veut imposer le gouvernement, SUD EDUCATION CRETEIL demande le retrait de ce projet de loi, et lutte pour un service maximum d’éducation.