SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Rentrée 2012 dans le 1er degré dans le Val de Marne
Article publié le 2 septembre 2012

Pour que rentrée ne rime pas avec austérité : mobilisons-nous !
Le changement, c’est maintenant ?

Quel changement quand élèves et personnels
vont subir une rentrée avec 13 000 suppressions
de postes ?

Les écoles du Val-de-Marne vont accueillir
852 élèves de plus que l’année dernière et le
département perdra 36 postes à la rentrée !

Ce solde négatif aura des conséquences
directes pour les élèves et les personnels :

- des classes surchargées où les seuils ne sont
plus respectés,

- des RASED toujours démantelés et liquidés,

- l’insuffisance criante des moyens de remplacement,

- la scolarisation des enfants de 2 ans encore
en recul,

- des conditions de travail difficiles pour les
élèves et les enseignant-es.

Nos collègues stagiaires (PES) auront 3
semaines de formation sur l’année, dont une
à partir du 27 août (« facultative » !)...

C’est plutôt la continuité politique dans
l’austérité !

François Hollande a annoncé son intention
de ratifier le Traité européen sur la Stabilité,
la Coordination et la Gouvernance (TSCG)
qui prévoit :

- de réduire les budgets publics (Fonction
Publique et Sécurité sociale),

- d’imposer des « réformes structurelles »
(sur les retraites, le droit du travail, le financement
de la protection sociale),

- d’inscrire ces mesures de rigueur comme
permanentes (la fameuse « règle d’or »).
La consultation « pour la refondation de
l’école », lancée cette été, et dont l’objectif
affiché est de préparer une loi d’orientation
et de programmation scolaire, est limitée et
formelle. En effet, l’essentiel des décisions
semblent prises avant même que la consultation
ait débuté. Ainsi, le ministre qui affirmait
en juillet que « la reconstruction de la
formation initiale […] comme la mise en
place d’un pré-recrutement […] seront définies
à l’issue de la concertation »* a décidé
unilatéralement de créer le dispositif « Emploi
d’Avenir Professeur » entérinant au passage la
mastérisation…

La fédération SUD éducation, qui participe
à la concertation pour y porter ses revendications
et informer les personnels, constate,
après les séances de juillet, que les craintes
que nous exprimions au lancement de cette
concertation se voient confirmées.`

C’est pourquoi nous invitons les personnels
à débattre et à organiser des mobilisations.
Le changement, c’est à NOUS de l’imposer
dans la rue !

Nos attentes, les besoins des élèves, en particulier
des plus fragiles, sont immenses.

Pour SUD éducation, la concertation doit
s’ouvrir à de véritables alternatives pour
l’éducation, et ne pas être fermée à nos
revendications, comme l’abrogation de la
mastérisation du recrutement des enseignant-
e-s, l’abandon des systèmes numériques
de fichage et de flicage des personnels
et des élèves, la remise en cause des pressions
hiérarchiques, le refus d’une régionalisation
du service public d’éducation et
d’orientation, la fin de la mise en concurrence
des personnels et des établissements,
la suppression du socle commun et du LPC,
le retour au bac pro en 4 ans et à des formations
de type BEP, la fin de la précarité…
Nos revendications ne seront pas satisfaites
sans une mobilisation de toutes et tous !

SUD éducation continuera à défendre ses
revendications pour une école démocratique,
critique et émancipatrice y compris
dans le cadre de la concertation ministérielle.

Mais pour le service public d’éducation
comme pour l’ensemble des questions
qui touchent au monde du travail, un véritable
changement dépend avant tout des
mobilisations.

SUD éducation s’emploiera à les construire
et invite les personnels à se réunir dès la rentrée
pour débattre des exigences à porter et
des moyens à mettre en oeuvre pour obtenir
satisfaction.

SUD éducation soutiendra toutes les initiatives
qui s’inscriront dans cette perspective
et revendique un véritable plan d’urgence
dans le Val-de-Marne pour la rentrée, plan
d’urgence élaboré en intersyndicale avec le
SNUipp-FSU 94, le SNUDI-FO, signé par
la CGT éduc’action et soutenu par la FCPE
94.

C’est la mobilisation des personnels qui
sera déterminante.

C’est pour cela que SUD éducation Créteil :

soutiendra toutes les initiatives prises
pour refuser cette nouvelle rentrée d’austérité ;

appelle les collègues des écoles du Val-de-
Marne à se réunir en AG, à se mobiliser
activement, en particulier lors du CTSD du
vendredi 7 septembre concernant les
mesures d’ajustement de carte scolaire de
rentrée, à coordonner leurs actions, à s’informer
sur les appels à mobilisations que
nous espérons les plus unitaires possibles.

* Communiqué de presse de Vincent Peillon du
12/07/2012 :http://www.education.gouv.fr/cid60930/p
rolongation-du-delai-dinscription- aux-concours-de-lenseignement.
html

Au sommaire


Édito : actualité des luttes p.1

Quelle école ? pp.2-3

Formation des PES p.3

Faisons respecter nos droits syndicaux p.4

Quel syndicalisme pratiquons-nous ? p.5

Bulletin d’adhésion pp.6-7

Contacter SUD Éducation, sections du 94 p.8

PDF - 973.3 ko
JA 1er degré 94 sept 2012 part 1
PDF - 1.6 Mo
JA 1er degré 94 sept 2012 part 2
PDF - 1.1 Mo
JA 1er degré 94 sept 2012 part 3
PDF - 129.2 ko
JA 1er degré 94 sept 2012 part 4