SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Rentrée 2012 dans le 1er degré en Seine et Marne
Article publié le 2 septembre 2012

Le changement c’est maintenant ?
Quel changement quand élèves et personnels
vont subir une rentrée avec 13 000 suppressions
de postes ?

Les écoles de Seine-et-Marne vont accueillir
979 élèves de plus que l’année dernière pour
15 postes supplémentaires à la rentrée. Cette
dotation supplémentaire est une goutte
d’eau dans un département largement déficitaire
depuis une dizaine d’années, et dont
les seuils sont les plus élevés au niveau
national.

Ce nombre de postes supplémentaires largement
insuffisant aura des conséquences
directes pour les élèves et les personnels :

- Les seuils ne sont plus respectés et les
effectifs dans les classes seront plus chargés !

- La liquidation des RASED est maintenue !
C’est inacceptable d’entériner les suppressions
de postes de maîtres-ses E et G qui
sont au plus près de la lutte contre les difficultés
scolaires des élèves !

- Nos collègues stagiaires (PES) auront
deux jours de formation jusqu’aux congés
d’automne, puis des « mercredi de formation
 ».

Il n’y a aucun changement à l’heure
actuelle !

C’est au contraire la continuité politique
dans l’austérité !

François Hollande vient même d’accepter le
Traité européen sur la stabilité, la coordination
et la gouvernance (TSCG) qui prévoit :

- de réduire les budgets publics (Fonction
Publique et Sécurité sociale)

- d’imposer des « réformes structurelles »
(sur les retraites, le droit du travail, le financement
de la protection sociale)

- d’inscrire ces mesures de rigueur
comme permanentes (la fameuse « règle
d’or »).

La consultation « pour la refondation de
l’école », lancée cet été, et dont l’objectif
affiché est de préparer une loi d’orientation
et de programmation scolaire, est limitée et
purement formelle. En effet, l’essentiel des
décisions semble acté avant même que la
consultation ait débutée. Ainsi, le ministre
qui affirmait en juillet que « la reconstruction
de la formation initiale […] comme la
mise en place d’un pré-recrutement […]
seront définies à l’issue de la concertation »*
a décidé unilatéralement de créer le dispositif
« Emploi d’Avenir Professeur » entérinant
au passage la mastérisation…

La fédération SUD éducation, qui participe
à la concertation, pour y porter ses revendications
et informer les personnels, constate
après les séances de juillet que les craintes
que nous exprimions au lancement de cette
concertation se voient confirmées. C’est
pourquoi nous invitons les personnels à
débattre et à organiser des mobilisations.
Le changement, c’est à NOUS de l’imposer
dans la rue !

Nos attentes, les besoins des élèves, en particulier
des plus fragiles, sont immenses.
Pour SUD éducation, la concertation doit
s’ouvrir à de véritables alternatives pour
l’éducation, et ne pas être fermée à des exigences
comme l’abrogation de la mastérisation
du recrutement des enseignant-e-s,
l’abandon des systèmes numériques de
fichage et de flicage des personnels et des
élèves, la remise en cause des pressions hiérarchiques,
le refus d’une régionalisation du
service public d’éducation et d’orientation,
la fin de la mise en concurrence des personnels
et des établissements, la suppression du
socle commun et du LPC, le retour au bac
pro en 4 ans et à des formations de type
BEP, la fin de la précarité…

Et nos revendications ne seront pas
satisfaites sans une mobilisation de
toutes et tous !

SUD éducation continuera à défendre ses
revendications pour une école démocratique,
critique et émancipatrice, y compris
dans le cadre de la concertation ministérielle.
Mais pour le service public d’éducation
comme pour l’ensemble des questions
qui touchent au monde du travail, un véritable
changement dépend avant tout des
mobilisations.

SUD éducation s’emploiera à les construire
et invite les personnels à se réunir dès la rentrée
pour débattre des exigences à porter et
des moyens à mettre en oeuvre pour obtenir
satisfaction.

SUD éducation soutiendra toutes les initiatives
qui s’inscriront dans cette perspective.
SUD Education appelle l’ensemble des collègues
des écoles de Seine-et-Marne :

à s’informer sur les appels à mobilisation
que nous espérons les plus Unitaires possibles,

à transmettre les informations syndicales
à tous les personnels (mails, journaux de
SUD, etc.),

à nous rejoindre en se syndiquant à SUD
Education, ce qui reste le moyen le plus efficace
pour résister à la casse de l’école
publique et pour défendre ses droits et en
gagner de nouveaux.

* Communiqué de presse de Vincent Peillon du
12/07/2012 :http://www.education.gouv.fr/cid60930/p
rolongation-du-delai-dinscription- aux-concours-de-lenseignement.
html

Au sommaire :

Édito : C’ est maintenant qu’ il faut agir ! p.1

Quelle école ? pp.2-3

Faisons respecter nos droits syndicaux p.4

Quel syndicalisme pratiquons-nous ? p.5

Bulletin d’adhésion pp.6-7

Formation des PES p.8

PDF - 1.5 Mo
JA 1er degré 77 sept 2012 part 1
PDF - 1.2 Mo
JA 1er degré 77 sept 2012 part 2
PDF - 1.3 Mo
JA 1er degré 77 sept 2012 part 2 bis
PDF - 138.6 ko
JA 1er degré 77 sept 2012 part 3
PDF - 1.9 Mo
JA 1er degré 77 sept 2012 part 4