SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Pour les RASED, « Le changement maintenant », c’est... la disparition ?
Article publié le 22 novembre 2012

L’absence criante de référence aux réseaux d’aides spécialisées
dans la « concertation » sur la refondation de
l’école ne saurait être imputée à un oubli voire à une
ignorance concernant ce dispositif. La lutte obstinée des personnels
de l’éducation pour défendre ce dispositif, les prises de
position des politiques lors de la dernière campagne électorale,
tout cela serait effacé dans l’attente des conclusions d’un hypothétique
rapport de l’IGEN ! ! !

Après avoir été ciblés comme
des « gisements d’efficience » les personnels des réseaux d’aides
spécialisées ont été « sédentarisés » puis désignés comme
un « un vivier de hors la classe » et leur devenir dépendrait d’un
Xe rapport ! ! ! ! ! !

C’est ça le changement ? Même si « l’emballage
sémantique » diffère, c’est bien toujours la disparition
des réseaux d’aides spécialisées qui se profile derrière ce silence
assourdissant et ce rapport de l’IGEN.

De « variable d’ajustement », il semble bien que les enseignante-
s spécialisé-e-s sont appelés à devenir en réalité les « plus de maitres
que de classe... » c’est-à-dire des « surnuméraires » dans une
pseudo-politique de refondation de l’école qui, en alliant l’ignorance
et le mépris de la spécificité des aides spécialisées, se fondera
sur l’abandon pur et simple de la réalité de l’échec scolaire
et de ses conséquences.

L’objectif de « réussite pour tous » ne peut se concevoir sans la
réaffirmation claire de la lutte contre toutes les composantes de
l’échec scolaire et dans les actions de prévention.

Nous exigeons que la lutte contre l’échec scolaire soit une priorité de la politique de l’école !
En conséquence, nous exigeons :

les réouvertures immédiates des centres de formations d’enseignent-e-s spécialisé-e-s et de psychologues scolaires ;

la restitution de tous les postes de RASED, avec leurs trois fonctions (psy, E et G) supprimés depuis 2008 et la création
des postes nécessaires pour le fonctionnement de RASED complet partout en France ;

l’abrogation des décrets Darcos (avec la mise en place de l’aide personnalisée, entraînant la suppression de milliers de
postes en RASED) ;

le respect et l’application des textes de référence aux RASED ;

la visibilité de l’action et des missions de tous les membres des réseaux d’aides spécialisées dans la prise en charge des élèves
porteurs de handicap ;

l’affirmation des identités professionnelles des personnels spécialisés.

Nous refusons l’externalisation et la médicalisation systématique des difficultés et de l’échec scolaire. Nous refusons que le dispositif
des RASED soit une nouvelle fois attaqué au profit d’une logique strictement comptable qui institutionnalise l’abandon
des plus vulnérables. C’est ensemble, enseignant-es d’adaptation, rééducateurs-trices, psychologues, dans la synergie de nos
compétences et le croisement des regards au sein des réseaux d’aides spécialisées en collaboration avec les enseignant-e-s des
classes que nous pourrons travailler à l’objectif d’une école plus égalitaire engagée contre toutes les formes d’exclusion à l’école.

Sauver et développer les RASED, c’est défendre une école pour tous
http://www.appeldesrased.fr/