SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Découvrir SUD éducation 93

Agenda


mercredi 18 octobre
Soitée de soutien au lycée de la Plaine
Lycées mobilisés du 93 : cortège commun le 10 octobre et prochaine AG le 18 octobre
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES ATTEE DU DÉPARTEMENT

jeudi 19 octobre
Assemblée Générale du Travail Social Ile de France – 18h - BT Paris

jeudi 2 novembre
Stage du GFEN - Construire l’égalité dans nos classes... Quelles pratiques ?

vendredi 3 novembre
Stage du GFEN - Construire l’égalité dans nos classes... Quelles pratiques ?

jeudi 16 novembre
Stage "Militer dans le 93 "

lundi 20 novembre
Manifestation nationale du Travail Social Ile de France

mardi 21 novembre
RIS Noisy-le-Sec

lundi 27 novembre
Stage antihiérarchie 27 et 28 novembre 2017 à Paris

mardi 19 décembre
AG du district 4 (Aulnay - Sevran - Tremblay - Villepinte) - 18h30, au Delyss, 5 rue des deux gares, métro Gare du Nord

jeudi 18 janvier
Stage Pédagogies alternatives et syndicalisme - l’individu grâce au collectif, malgré lui

vendredi 19 janvier
Stage Pédagogies alternatives et syndicalisme - l’individu grâce au collectif, malgré lui

Pas de chrome pour nos mômes... Pas de lacrymos pour la récré ! Communiqué de parents d’élèves de Montreuil
Article publié le 28 septembre 2017


Pas de chrome pour nos mômes... Pas de lacrymos pour la récré !

La SNEM est une entreprise classée ICPE, spécialisée dans le traitement de pièces métalliques et utilisant des produits cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques. Elle travaille notamment pour les groupes AIRBUS et SAFRAN. A Montreuil, elle exploite une usine vétuste située 34 rue des messiers, dans une zone densément peuplée, juste à côté des écoles Jules Ferry et Anne Frank, à proximité d’un futur collège et en bordure du parc des Guilands.

Depuis plus de 10 ans, nous, riverains et parents d’élèves, dénonçons en vain les conditions dans lesquelles se poursuit l’exploitation de ce site et alertons régulièrement les pouvoirs publics sur les dysfonctionnements et sur la pollution de l’air et de l’environnement : odeurs âcres, déversements d’acides sur les trottoirs, fenêtres de toit des ateliers grandes ouvertes alors que l’usine est censée filtrer toutes les vapeurs toxiques qu’elle produit avant de les rejeter vers l’extérieur...

Après avoir bloqué le fonctionnement de l’usine 3 jours à la rentrée des classes, et devant l’absence de réponses aux questions que nous posons depuis plusieurs semaines, nous avons décidé d’appliquer nous-mêmes le principe de précaution (constitutionnel depuis le 1er mars 2005) en empêchant le fonctionnement de la SNEM, interrompant la production et limitant ainsi l’intoxication du quartier, notamment par le chrome 6.

Ce matin, mercredi 27 septembre, dès 7h, nous étions plus d’une centaine de parents d’élèves et de riverains réunis devant le portail de l’usine, aux cris de “Fermez l’usine !”et “Pas de chrome pour nos mômes !”.

Après une première tentative d’évacuation à laquelle nous avons résisté, les forces de l’ordre nous ont demandé d’évacuer afin que l’usine puisse reprendre la production, nous avertissant qu’elles feraient usage de la force, si nécessaire “avec brutalité” pour libérer l’entrée. Déterminés nous sommes restés et avons été effectivement évacués avec brutalité. Le groupe de manifestants s’est dispersé et les forces de l’ordre ont pris place devant le portail de l’usine. Il était 10h15 environ, elles ont envoyé des gaz lacrymogènes sur les manifestants, à 30 mètres des écoles élémentaires Jules Ferry I et II à l’heure de la récréation, alors que les cours étaient pleines. 520 enfants fréquentent ces établissements.

Les autorités n’ont pas demandé aux écoles de protéger les enfants. Des émanations de gaz lacrymogène arrivaient dans la cour, les parents d’élèves ont prévenu l’équipe enseignante. Les cours de récréation ont été aussitôt évacuées.

Plusieurs parents et riverains ont été blessés lors de l’assaut, deux personnes sont actuellement aux urgences de l’hôpital, l’une avec une fracture et 19 jours d’ITT.

Quinze minutes après l’évacuation, un parent d’élève a été extrait du groupe et menotté. Un deuxième parent, 15 minutes plus tard, a subi le même traitement. Ils ont été tous deux emmenés au commissariat de Montreuil.

Nous exigeons la libération immédiate et sans poursuites des deux parents d’élèves interpelés.

Nous exigeons la fermeture immédiate de l’usine, la dépollution du site et le reclassement des salariés.

contact presse : 0672036011

PDF - 154.7 ko
Communiqué - Pas de chrome pour nos mômes... Pas de lacrymos pour la récré !