SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Non-renouvellement de CUI : grève au lycée Jean Rostand de Villepinte
Article publié le 3 mai 2016

Les personnels du lycée Jean Rostand de Villepinte ont appris il y a trois semaines la non reconduction de six agents en CUI (Contrat Unique d’Insertion) chargés de l’entretien de l’établissement, ainsi que le non-remplacement d’un agent parti à la retraite.

C’est la conséquence de la nouvelle politique régionale mise en place par Valérie Pécresse : la diminution du budget affectés à ces emplois de 800 000 euros, voté jeudi 7 avril. Cela s’inscrit dans une politique globale qui voit la disparition de 300 emplois CUI sur les 650 employés par la région, de la disparition de 50 postes et du non renouvellement de 32 contractuels au siège de la région.

Pourtant le lycée Jean Rostand, depuis 2012, a vu sa superficie et le nombre d’élèves augmenter – 300 élèves supplémentaires ces deux dernières années seulement. Les conditions de travail inacceptables des agents (manque de personnels, machines lourdes et non maniables) créent une situation intolérable : sur les neuf agents affectés à l’entretien sept sont en restriction médicale, dont une est reconnue travailleuse handicapée, et une autre dont le dossier est en cours.

En grève ce mardi 3 mai, une quarantaine de collègues se sont rassemblés devant le Conseil régional, une délégation a été reçue. La région répond qu’aucune création de poste n’est prévue pour l’instant et que la situation des personnels en CUI s’étudiera « au cas par cas ». Un représentant de la région se rendra dans l’établissement demain mercredi 4 mai, pour « étudier l’éventualité d’un audit », sans rencontrer les personnels, en effet « la procédure ne le prévoit pas ». Des machines plus performantes seront éventuellement fournies, en effet, d’après la région « le coût d’une machine est moins important que le coût d’un agent qui s’use ». Face à cette réponse inacceptable, la grève est reconduite.