SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Motion de l’Assemblée Générale de l’université Saint-Denis (Paris 8)
Article publié le 10 avril 2018

L’Assemblée Générale a compté 800 personnes.

L’AG s’est prononcée pour la grève jusqu’à l’abrogation de la Loi ORE et pour que la loi ne soit ni amendable, ni négociable. Elle appelle à la manifestation nationale lycées et universités du mardi 10 avril. À Paris, le lieu et l’heure du rendez-vous ne sont pas encore définis.

L’AG a lancé un appel aux lycéen-ne-s à rester avec les étudiant-e-s, profs et personnels occupant l’université pour qu’iels les aident à préparer les examens du baccalauréat. Elle a voté une journée nationale de blocage de tous les universités et les lycées.

L’AG a appelé à la participation à la manifestation du lundi 9 avril à 13h à la Place des Invalides de convergence des luttes avec les cheminot-e-s (rassemblement interprofessionnel). L’AG a appelé à une action pour la convergence des luttes vendredi 13 avril à la Place de la Mairie à Saint-Denis.

L’AG a appelé au soutient à Salah Hamouri et a exigé sa libération. Elle a appelé au soutient au peuple palestinien. L’AG a donné son soutient aux étudiant-e-s réprimé-e-s en Turquie, notamment au Bosphore. Elle a exigé la libération de ceuxelles emprisonné-e-s.

L’AG a appelé à la convergence des luttes avec les exilé-e-s occupant le bâtiment A. Elle a donné son soutient inconditionnel à toutes leurs revendications, et notamment la demande de certain-e-s d’entre euxelles d’être d’inscrit-e-s à l’université les prochaines années universitaires, et l’obtention de logement décent-e-s pour tou-te-s. Elle se prononce contre le fait que leurs droits soient bafoués. Elle a demandé la présence physique de tou-te-s dans la partie du bâtiment A habité par les exilé-e-s. Elle a demandé à tou-te-s d’aider pour le dépôt des demandes de titres de séjour. L’AG s’est prononcée contre la Loi Asile et immigration.

Elle a demandé que tou-te-s soient présentes et actives physiquement à l’université la semaine de fermeture administrative de l’université qui commence samedi 21 avril 2018 afin que les craintes d’évacuation et/ou d’expulsion policière exprimées de manière implicite et/ou explicite par des ou les membres du comité de médiation entre la présidence et les exilé-e-s ne se réalisent pas. Elle a appelé à évoquer les exilé-e-s occupant le bâtiment A de l’université Saint-Denis 8 à chaque AG d’université.

L’AG s’est prononcée pour la création d’une commission convergence des luttes.

L’AG a demandé à toutes les UFR la banalisation de tous les cours jusqu’à l’abrogation de la Loi ORE.

L’AG a demandé aux AG d’UFR la validation de toutes les Unités d’Enseignement (UE) du semestre universitaire à 10 ou à 12/20. Elle a demandé que les étudiant-e-s aient a minima la moyenne pour passer au niveau supérieur et qu’iels aient la possibilité d’obtenir les points supplémentaires sans la contrainte des examens si iels le veulent. Pour : 600-700. Contre : 77. Abstenu-e-s : 16. N’a pas pris part au vote (NPPV) : 3.

L’AG s’est prononcée pour l’ouverture de la bibliothèque universitaire sous condition d’accord des personnels.

L’AG s’est prononcée pour le blocage de l’université jusqu’au mercredi 11 avril inclus, date de la prochaine AG. Pour : 450-470. Contre : 94. Abstenu-e-s : 22. NPPV : 2.

Elle a appelé à une nouvelle AG mercredi 11 avril à 12h.

L’AG a validé par ses applaudissements la manifestation du 5 mai contre la casse de la fonction publique. Elle a également validé par ses applaudissement la revendication de titulariser tou-te-s les travaileur-se-s de l’éducation nationale, et plus généralement du service public. Cela doit être associé à une augmentation de salaire. Par ses applaudissements, l’AG a appelé à la solidarité avec les étudiant-e-s demandant un titre de séjour et lui exprime son soutien.