SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Découvrir SUD éducation 93

Agenda


jeudi 23 novembre
Stagiaires, formateur-trices et personnels de l’ESPE : tou-tes en grève !
Grève lycée agent-e-s Manif Métro Sèvres Babylone 9h pour rallier Duroc puis Saint François-Xavier

lundi 27 novembre
Stage antihiérarchie 27 et 28 novembre 2017 à Paris

mercredi 29 novembre
AG du collectif des enseignant.e.s de classes d’accueil mobilisés mercredi 29 novembre à 13h30 à la bourse du travail de Bobigny

mercredi 6 décembre
RIS Aubervilliers

jeudi 7 décembre
RIS BONDY

mardi 12 décembre
AG des lycées en lutte du 93 - 18h30 à Saint-Denis

jeudi 14 décembre
[Réservé aux adhérent.e.s] Stage fédéral juridique niveau 1 : « Les statuts et le juridique au service des personnels et de l’animation syndicale » à Paris

jeudi 14 décembre
RIS Bagnolet

lundi 18 décembre
Stage syndical "Au croisement des oppressions - Où en est-on de l’antiracisme à l’école ?" les 18 et 19 décembre 2017 à Saint-Denis

mardi 19 décembre
AG du district 4 (Aulnay - Sevran - Tremblay - Villepinte) - 18h30, au Delyss, 5 rue des deux gares, métro Gare du Nord

jeudi 18 janvier
Stage Pédagogies alternatives et syndicalisme - l’individu grâce au collectif, malgré lui

vendredi 19 janvier
Stage Pédagogies alternatives et syndicalisme - l’individu grâce au collectif, malgré lui

jeudi 8 février
AG des lycées en lutte du 93 - 18h30 à Saint-Denis

lundi 12 mars
Stage syndical pour les assistant-es d’éducation et assistant-es pédagogiques

Motion d’école pour la carte 2015 : un maître sup pour chaque école REP et REP+
Article publié le 6 février 2015


Mot d’ordre syndical : chaque école en éducation prioritaire doit demander un maître sup, pas de projet avant l’attribution du poste !

Chaque école de l’éducation prioritaire (REP et REP+) a droit à un maître supplémentaire, c’est ce que prévoit la réforme qui sera généralisée à la rentrée prochaine (voir les textes de référence).

Nous donnons donc comme mot d’ordre syndical à chaque équipe concernée d’envoyer un courrier à la DSDEN, avec copie au(x) syndicat(s), pour demander la mise en place d’un maître supplémentaire (« plus de maîtres que de classes ») pour la rentrée 2015 (voir courrier/motion type ci-contre).

En revanche, aucun projet ne doit être fait avant d’avoir obtenu l’affectation d’un maître supplémentaire : si la réalisation d’un projet peut être justifié afin d’élaborer en équipe, avec le maître supplémentaire nommé, son champ d’intervention en fonction de choix pédagogiques locaux, ce projet ne peut conditionner ce qui doit être considéré comme un droit lié à l’éducation prioritaire, ni constituer une charge de travail supplémentaire en vue de l’attribution hypothétique d’un poste, encore moins servir à mettre en concurrence les écoles entre elles.

Certains IEN demandent aux écoles qui souhaitent un maître supplémentaire de faire remonter des projets : cela n’est pas acceptable. Nous avons soulevé ce point en CTSD, cela semble relever d’initiatives locales, une mise au point de la DSDEN devrait intervenir. La circulaire départementale du 11 décembre 2014 doit être comprise comme un appel à candidature, non à un projet abouti. Cette circulaire ambiguë, en prétendant ne s’adresser qu’aux REP+, ignore par ailleurs le contenu de la réforme de l’éducation prioritaire, qui prévoit la généralisation des maîtres sup en REP et en REP+ à partir de la rentrée 2015 (voir les textes de référence).

Les moyens prévus pour la rentrée 2015 seront très largement insuffisants : ensemble, nous devons obtenir des moyens à la hauteur des besoins du département, qui permettent de revenir enfin sur les destructions de postes, qui permettent de mettre en place réellement partout ceux prévus dans le cadre de la réforme de l’éducation prioritaire, des moyens considérés comme un droit liés à une reconnaissance de besoins, et non des moyens attribués au compte-goutte selon des critères arbitraires. Nous rappelons par ailleurs que nous considérons que les moyens supplémentaires ne peuvent se substituer au respect des normes antérieures, en particulier les seuils du 93.