SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Montreuil : Usine ouverte, écoles occupées
Article publié le 5 octobre 2017

Nous, riverains et parents d’élèves des écoles Jules Ferry et Anne Frank de Montreuil situées à proximité de la SNEM, bloquons aujourd’hui mercredi 4 octobre 2017 le fonctionnement administratif des écoles en les occupant.

Nous sommes ici pour interpeller la Direction Académique sur la situation de risque sanitaire dans laquelle se trouvent les élèves et le personnel de ces écoles.

Malgré plus de quatre semaines de mobilisation, notre demande de fermeture immédiate de l’usine par application du principe de précaution n’a toujours pas été entendue. La Direction Académique semble ignorer la note de l’Agence Régionale de Santé du 4 septembre qui fait état de risques pour la santé des personnes dans et autour de l’usine sur la base des mesures effectuées par le Laboratoire Central de la Préfecture de Police le 1er août. Plutôt que d’entendre l’inquiétude qui s’exprime au sein des écoles, elle relaie largement les éléments de langages du Préfet qui se veulent rassurants.

Notre occupation administrative prolonge la manifestation de ce matin, où pour la première fois, le maire de Montreuil accompagné notamment de ses adjoints à l’environnement, à la santé et à l’éducation a participé au rassemblement des parents d’élèves et des habitants du quartier devant l’usine SNEM, 34 rue des Messiers.

Il y a une semaine, le 27 septembre, nous étions plus d’une centaine réunis devant le portail de l’usine. Suite à une évacuation brutale par les forces de l’ordre au cours de laquelle six personnes ont été blessées, deux parents d’élèves ont été interpellés. Ils ont été libérés sans contrôle judiciaire à l’issue d’une garde à vue disproportionnée de 48 heures. Les forces de police ont alors fait usage de gaz lacrymogènes sur les manifestants, à 30 mètres des écoles élémentaires Jules Ferry I et II à l’heure de la récréation, alors que les cours étaient pleines. Les enfants ont dû être confinés d’urgence dans les salles de classe.

Pendant ce temps, le 10 ème collège Montreuil-Bagnolet continue de se construire à 150 mètres de l’usine sans que cette proximité avec une installation classée à risques pour l’environnement (ICPE) ne soulève de question, et sans qu’aucune étude sérieuse de dépollution du site en chantier n’ait été conduite.

Nous relevons par ailleurs qu’aucune mention de la présence de cette Installation Classée pour l’Environnement n’est faite dans le Plan Particulier de Mise en Sûreté (PPMS) des écoles élémentaires. En cas d’accident ou d’incendie, les personnels des écoles n’ont aucune instruction sur les mesures à prendre pour protéger les enfants.

La Direction Académique ne semble pas prendre conscience des enjeux et de la gravité de la situation alors que la protection des enfants accueillis dans les écoles et des personnels de l’éducation relève de sa responsabilité.

Les parents d’élèves occupant les bureaux des directions des écoles Jules Ferry et Anne Frank de Montreuil, ce mercredi 4 octobre 2017.