SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Moins de moyens, plus de pression - communiqué SUD-CGT
Article publié le 20 juin 2015

2015-06-18_communiqué-CTSD-SUD-CGT Moins de moyens, plus de pression!


communiqué des représentants SUD Education et CGT Education en CTSD 93



URGENT Voir les documents préparatoires pour le CTSD du vendredi 26 juin (projets d'ouvertures et de fermetures de classes)
Remplir la fiche école pour que vos demandes soient transmises


Le groupe du travail du CTSD s'est déroulé dans une ambiance tendue. Injonction aux organisations syndicales d'accepter de répartir la misère, propos menaçants sur les personnels et les parents en lutte pour une école décente...

Sur la question des moyens d'abord. Le directeur académique a d'emblée voulu poser un cadre très restrictif. « Il faut accepter un principe de réalité. Nous n'allons pas partir sur des plans sur la comète dont vous comme nous savons qu'ils ne pourrons se réaliser. […] Si on part du principe que de toute façon la dotation est insuffisante, ce qui n'est pas mon opinion, je peux prédire que ce GT ne sera pas productif. Sans doute qu'on ne répondra pas à tout, ça c'est même pas en rêve. »
En substance, injonction est faite aux organisations syndicales d'accepter le cadre général et de n'intervenir que sur les situations les plus marquantes. Le problème étant que chaque année le curseur se déplace, au fur et à mesure que la situation se dégrade partout... Bientôt pour espérer une ouverture il faudra être en REP+, avoir 30 élèves par classe, 10 notifications sans AVS, aucun réseau, pas de maître sup, quelques suicides d'enseignants dans l'année...

Sur le front des luttes, ensuite. Au sombre tableau  que dépeignent les parents et les enseignants, l'administration n'a rien à répondre: plus de peinture! Alors elle accuse les syndicats d'être les auteurs du tableau parce qu'ils le commentent: nous devrions nous taire, la réalité serait plus belle (ou moins visible?). Alors elle ressort le "droit de réserve", vieille création jurisprudentielle absente de la loi Le Pors de 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, qui en fait ne s'applique aux enseignants que pour des cas d'attaques personnelles contre un supérieur hiérarchique, de diffamation... et elle tente jusqu'en audience d'école à la DSDEN d'empêcher les enseignants de parler, au nom de ce "devoir de réserve"! Alors, elle fait la sourde, renvoie aux IEN les demandes d'audience des écoles, ignore les grévistes, les parents mobilisés, espérant peut-être que la résignation l'emportera.

Quelle rentrée 2015? C'est désormais banal, chaque rentrée est pire que la précédente. Il reste une vingtaine de postes disponibles pour les CTSD d'ajustement de juin et septembre. Or il manquera 1700 postes sur le département pour des conditions de travail correctes: remplacement, respect des seuils qui seront dépassés dans 1/4 des écoles, RASED... Et il manquera environ 800 enseignants pour pourvoir les postes existants: nous finissons l'année avec 700 contractuels et malgré cela de nombreux postes (RASED...) qui restent vacants, et les 500 postes ouverts au concours supplémentaire académique sont déjà quasiment annulés par les 300 places non pourvues au concours ordinaire et les 100 stagiaires renouvelés... Un volant de 10% de contractuels s'installe dans le 93, stagiaires et contractuels sans formation se sont substitués aux titulaires formés qui enseignaient auparavant, tandis qu'aucun des moyens promis n'a en réalité été accordé, les postes créés chaque année suffisant à peine à assurer les augmentations d'effectifs...

Pour une rentrée de luttes! Des luttes ont émaillé toute l'année le territoire, les parents et les enseignants se sont mobilisés souvent côte à côte, Saint-Denis a mené 8 journées de grève de mi-mai à la fin de l'année en mobilisant à chaque fois en moyenne 30% d'enseignants et de nombreux parents pour des actions communes. Lors de la journée de prérentrée, le 29 mai, aura lieu à Saint-Denis une assemblée générale pour décider des suites de la mobilisation.

C'est tout le département qui doit maintenant réagir ensemble.
Stop à la dégradation de l'enseignement en Seine-Saint-Denis!
Ensemble pour une école de la République, pour une école de qualité pour tous!

SUD Education
ctsd93@sudeduccreteil.org

CGT Education
cgteduc93@free.fr