SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Découvrir SUD éducation 93

Agenda


jeudi 2 novembre
Stage du GFEN - Construire l’égalité dans nos classes... Quelles pratiques ?

vendredi 3 novembre
Stage du GFEN - Construire l’égalité dans nos classes... Quelles pratiques ?

lundi 6 novembre
Assemblée générale extraordinaire de préparation de congrès fédéral - lundi 6 novembre 2017

jeudi 16 novembre
Stage "Militer dans le 93 "

vendredi 17 novembre
Assemblée générale du vendredi 17 novembre 2017

lundi 20 novembre
Manifestation nationale du Travail Social Ile de France

mardi 21 novembre
RIS Noisy-le-Sec

lundi 27 novembre
Stage antihiérarchie 27 et 28 novembre 2017 à Paris

lundi 18 décembre
Stage syndical "Au croisement des oppressions - Où en est-on de l’antiracisme à l’école ?" les 18 et 19 décembre 2017 à Saint-Denis

mardi 19 décembre
AG du district 4 (Aulnay - Sevran - Tremblay - Villepinte) - 18h30, au Delyss, 5 rue des deux gares, métro Gare du Nord

jeudi 18 janvier
Stage Pédagogies alternatives et syndicalisme - l’individu grâce au collectif, malgré lui

vendredi 19 janvier
Stage Pédagogies alternatives et syndicalisme - l’individu grâce au collectif, malgré lui

Mobilisons-nous contre les formations Réforme du collège !
Article publié le 6 novembre 2015

Alors que les enseignant-es sont majoritairement opposé-e-s à la réforme du collège, on nous annonce 8 jours de formation sur le dos du PAF, des personnels sont sollicité-es pour être des jalons de la mise en place de cette réforme et certains collègues vont être convoqués hors temps de travail.

SUD éducation dénonce la mise en place de ces formations obligatoires pour quatre raisons très claires.

1. SUD éducation demande toujours l’abrogation de la réforme du collège.

Loin des discours élitistes et anti-pédagogie que l’on entend un peu partout, SUD éducation dénonce l’accroissement des inégalités que va impliquer cette réforme. Mettre en place au forcing un formatage des personnels pour mieux la faire passer nous semble être parfaitement scandaleux et méprisant pour les collègues.

2. SUD éducation défend le droit à la formation.

Dans la plupart des collèges de l’académie - et d’ailleurs - les chef-fe-s d’établissement ont eu comme consigne de limiter l’autorisation de participer aux journées de formation auxquelles les collègues auraient pourtant légitimement droit. Les IPR relaient cette consigne, en arguant du fait que cela ferait trop d’absences de professeurs pour les élèves ! Les formations réforme du collège se font donc très concrètement sur le dos du droit à la formation des personnels. La formation devient donc un outil de management pour faire passer les réformes. C’est parfaitement inacceptable.

3. SUD éducation s’oppose à la multiplication des hiérarchies intermédiaires.

Nous avions déjà le Conseil pédagogique, les experts de terrain en REP, les bénéficiaires d’IMP bidons... Maintenant, nous allons avoir les « formateurs relais » : les chefs d’établissements ont sollicité avant les vacances de la Toussaint des professeurs pour qu’ils participent au grand formatage prévu ! Le management par la carotte, mettant en exergue des collègues susceptibles de former les autres, est un facteur de division et de tension au sein des équipes : il faut le refuser !

4. SUD éducation s’oppose à l’allongement du temps de travail.

Or, ces formations réforme du collège seront largement organisées hors du temps devant élève, ce qui implique un allongement du temps de service. Le Ministère s’assoit sur les conditions de travail des personnels, ce qui est inacceptable.

Refusons d’être formateurs-relais !

Le Ministère s’inquiète de l’impopularité de sa réforme auprès des collègues. Pour cette raison, il cherche à manier une technique managériale bien connue de tous les patrons : diviser les personnels. Pour cela, les rectorats, chefs d’établissements et corps d’inspections invitent certains professeurs à être « formateurs relais », en faisant parfois pression pour s’assurer de leur acceptation.

L’administration est habituée à se doter de moyens pour distinguer, au sein des personnels, les moutons noirs. Ainsi, le document envoyé par le rectorat de l’académie de Créteil aux chef-fe-s d’établissements est édifiant. Il invite les chef-fe-s d’établissement à « anticiper les difficultés », en identifiant différents types de collègues : les « agents favorables, voir pro-actifs », « des opposants, à des de- grés divers », et « une proportion importante d’agents plutôt neutres et en posture d’attente ». Pour combattre les « opposants », susceptibles de se lancer dans une « guerre ouverte avec les cadres et/ou avec les collègues qui adhèrent au changement »pour éviter la « rupture d’un certain confort », le rectorat invite les chefs à « s’appuyer sur les porteurs potentiels du changement ».

Cette vision cynique et managériale du service public a pour fonction de diviser les collègues. Dans cette affaire, ce sont toutes et tous les collègues qui sont profondément méprisé-e-s par la hiérarchie. Refusons d’entrer dans leur petit jeu !

- SUD éducation encourage tou-te-s les collègues à refuser d’être formateurs-relais !

- SUD éducation invite l’ensemble des collègues à organiser le boycott des formations obligatoires, y compris par la grève !

PDF - 58.7 ko

Téléchargez et diffusez ces informations dans vos établissements !