SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Lycée le Corbusier, Aubervilliers : grève reconduite
Article publié le 11 février 2015

Communiqué de presse actualisé au mercredi 11 février, après audience au rectorat

Trop de réussite au bac dans le 93, l’Académie veut rectifier.

Le mouvement de grève se poursuit.

90% de réussite au bac alors que les attentes nationales sont de 76% : la solution ? On enlève des heures, on surcharge les classes et le tour est joué.

Le lycée Le Corbusier a cessé le travail depuis le mercredi 4 février, depuis que les enseignants ont pris connaissance de la prévision du Rectorat sur les moyens qui leur sont alloués l’an prochain : à effectif constant, le lycée perd 59h de cours par semaine, soit l’équivalent de deux classes. La conséquence : 8 classes à 35 élèves l’an prochain en 1ère et en Terminale.
L’esprit du 11 janvier est déjà loin dans les couloirs du Rectorat.
Au panier, l’ambition de former de futurs citoyens éclairés dans les quartiers défavorisés.
A la trappe, les moyens accordés aux écoles accueillant des élèves issus de milieux populaires.
A l’heure où le gouvernement clame à tout va que l’éducation dans les quartiers dits « sensibles » est sa priorité, la réalité sur le terrain est bien différente des discours officiels.
Notre lycée est passé en 5 ans de 66 à 90% de réussite au bac.
Ces chiffres ne sont pas le fruit du hasard.
Nous parvenions jusqu’à présent à organiser nos moyens, notre structure pédagogique de façon à privilégier les classes à faibles effectifs.
Nous avons mis en place d’importants projets artistiques, scientifiques et culturels enrichissants et stimulants pour nos élèves.
Et ce sans même demander de moyens supplémentaires : nous ne pensions pas que cela conduirait le Rectorat à nous en enlever…
Cette sanction de la part du rectorat de Créteil, ce déni de reconnaissance d’une pédagogie qui réussit, cela nous est, à nous, professeurs, parents, élèves, tout à fait insupportable.
Nous restons mobilisés jusqu’à ce que le rectorat satisfasse à nos revendications à savoir : des classes à 24 en Première et en Terminale l’an prochain.
Mardi 10 février à 17h, le Rectorat nous accorde enfin une audience. De cette rencontre dépend le déblocage de cette situation insensée.

Nous avons fait nos preuves, qu’on nous permette juste de continuer à favoriser la réussite de nos élèves.

A la date du 11 février, après avoir été reçus mardi 10 février à 17h au Rectorat de Créteil :

  • Réponse du rectorat : 24h accordées sur les 59h supprimées.
  • Revendications communiquées au Rectorat ce matin : nous ne sommes pas satisfaits car la structure n’est pas modifiée, on ne nous accorde que quelques heures destinées à améliorer un peu nos effectifs en interne.

Par conséquent :

  • La grève est reconduite demain.
  • Nous allons interpeller la Ministre de l’Education Nationale, Najat Vallaud-Belkacem demain matin devant la Maison de Radio-France .
  • Rendez-vous demain à 9h devant la porte C de la Maison de Radio-France.