SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Lycée Mozart du Blanc-Mesnil : communiqué sur APB, l’orientation post-bac et le manque de places dans le supérieur
Article publié le 14 juin 2017

Communiqué adopté en assemblée générale au lycée Mozart du Blanc-Mesnil.

Nous constatons à l’issue du premier tour d’APB qu’un tiers de nos élèves de terminales se trouvent sans proposition alors même qu’ils avaient formulés des vœux « pastille verte » (licence non sélective ayant habituellement des places disponibles).

Beaucoup de nos élèves s’ils ont un vœu satisfait ne l’ont pas dans la branche qu’ils ont choisie. Rappelons qu’ils étaient obligés de sélectionner une "pastille verte" pour valider leur inscription et qu’elles n’étaient pas disponibles dans toutes les matières.

Comble de l’absurde , nous observons par ailleurs des élèves acceptés en classe préparatoire et refusés à l’université alors même qu’ils avaient sélectionné en priorité une licence ou un IUT.

Aucun système informatique ne peut pallier le manque de place dans le supérieur.

Alors qu’on se plaint du taux d’échec à l’université, soulignons qu’une des règles du tirage au sort donne la priorité au vœu numéro 1. Ceci signifie qu’un élève suffisamment bon pour prétendre à une classe préparatoire perd toute chance d’étudier à l’université dans les licences à tirage au sort.

Par ailleurs, on peut considérer comme de la maltraitance d’annoncer le premier tour des résultats, une semaine avant le début des épreuves du baccalauréat. Peut-on imaginer qu’un élève puisse se mobiliser pour le bac après avoir appris qu’il n’avait obtenu aucune proposition ?

Enfin, nous nous posons la question du sens donné au travail d’orientation mené avec nos élèves depuis la classe de première. Aucun discours sur la "méritocratie" ne conserve de crédibilité dans ces conditions.

On nous annonce que la situation devrait se débloquer au cours des tours suivants, les années passées c’était presque le cas, mais les difficultés actuelles nous laissent dubitatifs quant à l’affectation de beaucoup de nos élèves. Il faut d’urgence ouvrir des places dans le supérieur.