SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Lundi 20 mars : première journée de lutte des agent-es des collèges du 93
Article publié le 20 mars 2017

PDF - 590.2 ko
Communiqué de l’AG

A l’appel de FO-CD 93 et de Sud éducation 93, et soutenu par différents syndicats : SNFOLC 93, SNES 93, CFDT CD 93, CGT Educ’action 93, SNUDI FO 93, Union nationale départements et régions FO, UD FO 93

Communiqué de l’AG des agent-es des collèges du 93 du lundi 20 mars 2017

Ce matin, devant l’hôtel du département à Bobigny, nous étions plus de 200 agent-es et enseignant-es en grève, soutenus par les parents d’élèves. Tous-tes, nous étions déterminés à faire entendre nos revendications :
- Création de 165 postes titulaires pour pallier le manque chronique d’effectifs (EMR).
- Titularisation de tous-tes les agent-es précaires (contrats aidés, contractuel-les, …)
Après un rassemblement déterminé avec slogans et prises de parole, les services départementaux ont accepté de recevoir une délégation. Il a fallu négocier âprement pour que celle-ci soit représentative de l’ensemble des manifestant-es et en nombre suffisant.

Dans ce climat de tension, M. Maguer, directeur de cabinet de M. Troussel, accompagné des représentant-e-s de la DES, du pôle PRS et du pôle RH, ont fourni à nouveau des non-réponses. Face à la dégradation des conditions de travail des ATTEE et donc des conditions d’hygiène et de sécurité dans les collèges, les représentants du département se dégagent de toute responsabilité :
- ils rejettent la faute sur les absences des ATTEE, qu’ils expliquent par une mauvaise utilisation du matériel par ces mêmes agent-es.
- ils rejettent la faute sur les intendances et directions d’établissement en expliquant qu’il s’agit d’une mauvaise gestion et organisation des moyens humains.
- ils rejettent la faute sur FO en l’accusant de ne pas participer au groupe de travail sensé, selon eux, résoudre les problèmes des agent-es.
Ne se sentant responsable de rien, le conseil départemental ne propose que peu : « création d’une quinzaine de AE « 30h » payés 26h, seulement là où il y a des urgences ».
Pour nous, l’urgence est de partout et nous attendons des responsables politiques qu’ils prennent des décisions à la hauteur des attentes des agent-es, et non des nouvelles mesures visant à précariser un peu plus les personnels comme à Bondy où l’association SOHANE fournit des contrats d’insertion pour suppléer les personnels titulaires.
L’AG de ce lundi 20 mars appelle donc de toutes ses forces à poursuivre et à étendre le mouvement demain mardi 21 mars, afin que ses revendications soient réellement entendues.

SOYONS DONC NOMBREUX-SES DEMAIN A 9H30 DEVANT L’HOTEL DU DEPARTEMENT !

PDF - 590.2 ko
Communiqué de l’AG