SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Loi Travail : le 23 et le 28 juin en grève et en manifestation pour le retrait !
Article publié le 18 juin 2016

PDF - 1.7 Mo
Tract 23-28 juin
PDF - 40.4 ko
Affichette 23-28 juin

La manifestation du 14 juin a été un succès dans le secteur privé comme dans la fonction publique. Des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue pour dire non à la loi Travail. Le mouvement qui s’est organisé depuis plus de 3 mois contre la politique pro-patronale et anti-démocratique du gouvernement ne faiblit pas et reflète la colère de tou-t-es les travailleur-euse-s.

Où en est le projet de loi ?

Le gouvernement a utilisé le « 49.3 » pour éviter un premier débat à l’Assemblée nationale, le texte est en ce moment présenté au Sénat et est modifié par les sénateurs (disparition des 35h par exemple). L’intersyndicale appelle à une journée de grève et de manifestation le 23 juin pendant l’examen du texte au Sénat puis le 28 juin lors du vote du texte au Sénat. Le texte devra alors refaire un passage à l’Assemblée nationale pour être validée : rien n’est encore joué, nous devons maintenir la pression sur le gouvernement.

Elle est où la démocratie ?

Le gouvernement a tout essayé pour casser le mouvement contre la Loi Travail : volonté de diviser les manifestant-e-s entre syndicalistes et « casseurs », intimidation, violences policières systématiques... Aujourd’hui, il persiste en menaçant d’interdire les manifestations contre la loi Travail. Le droit à manifester est un droit constitutionnel qui ne peut être remis en cause parce que l’Etat est en difficulté. Le gouvernement est entièrement responsable des violences commises lors des manifestations et des blocages, c’est le gouvernement qui refuse d’entendre la colère qui s’exprime dans la rue et sur les lieux de travail et qui s’entête à faire passer en force cette loi pro-patronale.

La grève, c’est l’arme des travailleurs-euses contre les capitalistes !

C’est par la grève que nous avons obtenu de nouveaux droits (la journée de 10h, puis celle de 8h, les congés payés...). Arrêter de travailler, arrêter de produire, même dans des secteurs comme l’Education nationale, ça a du sens. C’est d’une part pouvoir participer à de grandes journées de manifestations et d’action, c’est aussi montrer que sans les personnels de l’Education Nationale, il n’y a plus de service public de l’Education et que le gouvernement ne peut agir à sa guise.

La prochaine journée de grève et de manifestation aura lieu le 23 juin, Sud Education 93 rappelle à tous les personnels de l’Education que le droit de grève peut s’appliquer même si vous devez surveiller un examen ou corriger des copies. Si la surveillance du brevet ou la correction du Bac (LGT et LP) se voyaient perturbées par la grève du 23 juin, ce serait la responsabilité du gouvernement et certainement pas des collègues grévistes !

PDF - 1.7 Mo
Tract 23-28 juin
PDF - 1.7 Mo
Tract 23-28 juin