SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Découvrir SUD éducation 93

Agenda


mardi 12 décembre
AG des lycées en lutte du 93 - 18h30 à Saint-Denis

jeudi 14 décembre
[Réservé aux adhérent.e.s] Stage fédéral juridique niveau 1 : « Les statuts et le juridique au service des personnels et de l’animation syndicale » à Paris
Grève dans le 2nd degré - RDV au Métro Saint-Michel à 11h30.
Grève et manifestation dans le 1er degré : RDV Métro Saint-Michel à 11h30
Rassemblement de soutien à notre camarade de SUD Travail Affaires sociales à 14h Devant la DRH des Ministère Sociaux 14 avenue Duquesne Métro École-Militaire ou Saint-Francois-Xavier

jeudi 14 décembre
RIS Bagnolet ANNULEE

lundi 18 décembre
Stage syndical "Au croisement des oppressions - Où en est-on de l’antiracisme à l’école ?" les 18 et 19 décembre 2017 à Saint-Denis

mardi 19 décembre
AG du district 4 (Aulnay - Sevran - Tremblay - Villepinte) - 18h30, au Delyss, 5 rue des deux gares, métro Gare du Nord

jeudi 18 janvier
Stage Pédagogies alternatives et syndicalisme - l’individu grâce au collectif, malgré lui

vendredi 19 janvier
Stage Pédagogies alternatives et syndicalisme - l’individu grâce au collectif, malgré lui

jeudi 8 février
AG des lycées en lutte du 93 - 18h30 à Saint-Denis
Stage fédéral féministe "AntiféminismeS, oppressionS : Mieux les identifier pour mieux les combattre"

lundi 12 mars
Stage syndical pour les assistant-es d’éducation et assistant-es pédagogiques

Les revendications de SUD éducation face aux projets de réforme du collège et du statut des enseignant-e-s du 2nd degré
Article publié le 8 décembre 2013

PDF - 684.8 ko
4 pages revendicatif SUD

"Nous voulons une école pour tous et pour toutes, qui soit à la fois éducatrice et émancipatrice, ouverte et coopérative, et structurellement repensée.
Cette conception implique la poursuite de débats et interrogations : parler des missions de l’école, c’est parler des statuts et des activités de l’ensemble constitué par les personnels, les élèves, les parents et les différents acteurs de l’institution ; parler du contexte éducatif que nous souhaitons, des idées que nous défendons prioritairement par rapport aux transmissions du savoir et aux acquisitions de connaissances, de la conception du métier que nous avons. Mais c’est aussi parler des contingences matérielles, de l’organisation du temps et de l’espace, de la transformation des modalités de l’apprentissage, de la démocratie au quotidien et poser la question de l’évaluation."
Texte du congrès de la fédération SUD Éducation de 2009 à Cherbourg

Nous affirmons notre attachement à un collège vraiment unique dans le cadre d’une école polytechnique et polyculturelle jusqu’à 18 ans.
Le collège actuel n’a jamais été unique. Nous dénonçons sa fonction de tri social et son incapacité à donner une culture commune à tous-tes les élèves.
Le ministère a dévoilé un axe essentiel de son projet, la séparation du temps des élèves du collège en trois :
1. Un tronc commun
2. Des enseignements complémentaires différenciés
3. Des activités de renforcement (soutien, tutorat, aide personnalisée…).

Le ministère affirme qu’il n’est pas question de mettre en cause le collège unique et qu’il refuse toute orientation ou pré-orientation précoce. Cependant, l’introduction de différenciations est notoirement le biais par lequel sont réintroduites des hiérarchisations entre options et parcours, qui favorisent la reproduction des inégalités sociales et culturelles.
Le traitement de la difficulté scolaire par des dispositifs tels que l’Aide Personnalisée ou l’Accompagnement Personnalisé est un échec. Leur extension au collège témoigne du renoncement à la création des conditions pour que les difficultés des élèves soient traitées au sein de la classe, ce qui passe d’abord par des réductions des effectifs-classes et la création de groupes réduits, et donc une programmation budgétaire à la hauteur des besoins. On en est loin.
La tripartition du temps des élèves est un instrument de la casse programmée des statuts : elle pourrait être l’occasion de revoir à la hausse les maxima de service, sous prétexte par exemple qu’une heure « d’encadrement » d’activités de renforcement ne pourrait être comptée comme une heure de classe.

Pour en savoir plus : télécharger le 4 pages revendicatif

PDF - 684.8 ko
4 pages revendicatif SUD