SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Le Lycee J. Feyder d’Epinay mobilisé
Article publié le 23 mars 2012

LES RAISONS D’UNE MOBILISATION A CONSTRUIRE

La DHG pour la rentrée 2012 prévoit la suppression de trois postes d’enseignants (Physique, Histoire-Géo et Anglais).

Un demi-poste d’AED est également supprimé.

Comme chaque année, le poste du quatrième CPE est menacé.

La DHG suppose que l’on accepte « d’absorber » 292 heures supp’, soit l’équivalent de 16,25 postes d’enseignants.

Dans certaines matières (notamment Anglais et Physique, où des postes devraient être supprimés), plus de 30 heures supp’ sont programmées.

Une classe de seconde devrait également disparaître, ce qui aura pour conséquence de rouvrir en urgence cette classe sur fonds propres (sur des « moyens heures supp’ »).

Ce sont les points qui seront soulevés par la délégation qui sera reçue à 17h45 au Rectorat de Créteil le 22 mars.

Nous exigeons :

la pérennisation du quatrième poste de CPE et sa requalification en poste fixe

le maintien du demi-poste d’AED (Assistant d’Education)

le maintien des trois postes d’enseignants supprimés

le maintien de la seizième classe de seconde.

EN SEINE-SAINT-DENIS, POUR LA RENTRÉE , DES ELEVES EN PLUS ET DES POSTES EN MOINS

Depuis cinq ans, le gouvernement a supprimé 150.000 postes dans la fonction publique.

Pour ce qui est de l’éducation, cette année, 14.000 sont supprimés, 595 dans l’Académie, dont près de 300 pour notre département.

Dans les écoles de Seine-Saint-Denis, 2 244 élèves en plus sont prévus ; pour les accueillir, 39 postes doivent être supprimés. Dans les collèges, alors que le nombre d’élèves va augmenter de près de 1 400, la dotation diminue de 1 400 heures, soit un équivalent de 78 postes d’enseignants. Dans les lycées généraux et technologiques, 2 250 heures disparaissent. Dans les lycées professionnels, c’est 149 postes, soit 2 800 heures qui sont supprimés.

C’est tous et toutes ensemble, par la mobilisation et la grève, que nous pourrons obtenir la satisfaction de nos revendications et nous opposer à cette casse programmée du service public.

Les enseignant-e-s mobilisé-e-s du Lycée J. Feyder, Epinay le 22/03/12