SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Découvrir SUD éducation 93

Agenda


jeudi 2 novembre
Stage du GFEN - Construire l’égalité dans nos classes... Quelles pratiques ?

vendredi 3 novembre
Stage du GFEN - Construire l’égalité dans nos classes... Quelles pratiques ?

lundi 6 novembre
Assemblée générale extraordinaire de préparation de congrès fédéral - lundi 6 novembre 2017

jeudi 16 novembre
Stage "Militer dans le 93 "

vendredi 17 novembre
Assemblée générale du vendredi 17 novembre 2017

lundi 20 novembre
Manifestation nationale du Travail Social Ile de France

mardi 21 novembre
RIS Noisy-le-Sec

lundi 27 novembre
Stage antihiérarchie 27 et 28 novembre 2017 à Paris

lundi 18 décembre
Stage syndical "Au croisement des oppressions - Où en est-on de l’antiracisme à l’école ?" les 18 et 19 décembre 2017 à Saint-Denis

mardi 19 décembre
AG du district 4 (Aulnay - Sevran - Tremblay - Villepinte) - 18h30, au Delyss, 5 rue des deux gares, métro Gare du Nord

jeudi 18 janvier
Stage Pédagogies alternatives et syndicalisme - l’individu grâce au collectif, malgré lui

vendredi 19 janvier
Stage Pédagogies alternatives et syndicalisme - l’individu grâce au collectif, malgré lui

Interpellation arbitraire d’un jeune kurde dans son lycée : pour Sud Education 93 c’est non !
Article publié le 14 décembre 2016

PDF - 255.9 ko
Tract arrestation d’un jeune kurde

Vous trouverez ci-dessous et en pièce jointe le courrier envoyé par Sud Education 93 à Mme la Rectrice de l’Académie de Créteil, et relayé par la presse.

Mme la Rectrice,

Nous avons appris avec stupeur ce qui est arrivé à un lycéen d’origine kurde, élève au lycée professionnel Léo Lagrange de Bondy.
Mercredi 07 novembre, vers 12h, il a été appelé dans le bureau du chef d’établissement où l’attendaient des personnes présentées comme étant des policiers de la brigade anti criminelle. L’adolescent n’a pas été autorisé à téléphoner à ses parents et l’établissement lui a honteusement fait croire que ses parents avaient été mis au courant. Les policiers l’ont emmené en voiture jusqu’à son domicile où se trouvait également son frère qui avait été interpellé le matin, sa soeur interpellée quelques minutes auparavant au domicile, et sa mère qui est handicapée. Il a été emmené par 3 ou 4 policiers dans sa chambre où son sac a été fouillé. Après la fouille, un policière est restée dans la pièce. Elle a indiqué à l’adolescent qu’il allait être entendu comme témoin sans l’informer de l’objet même de l’enquête. Puis elle a cité ses droits, sans que l’adolescent ne les comprennent bien, et lui a posé des questions sur l’éventuelle implication de son frère et sa sœur dans le mouvement politique kurde. Sa déposition est écrite à la main par l’enquêtrice, qui la lui fait signer sans qu’il la relise. On lui prend son ADN sans lui signifier qu’il peut refuser. Suite à cet interrogatoire, le frère et la sœur du lycéen ont été emmenés en garde à vue, et lui, laissé à son domicile. Manifestement, aucun chef d’accusation ne pesait sur le lycéen, qui n’a pas été conduit au commissariat. Choqué par l’incident, il n’est pas retourné en cours le jeudi suivant.
Sud éducation 93 dénonce avec force ces pratiques indignes. La police n’a pas à interpeller un élève dans son lycée, bafouant ainsi son droit à l’enseignement. Rien ne justifie l’intervention de la police au sein du lycée. L’éducation nationale n’a pas à être l’auxiliaire de la police.
Nous demandons à ce que toute la lumière soit faite par le Rectorat sur cet incident choquant, et que celui-ci assure la protection du lycéen, en lui offrant le soutien psychologique et matériel nécessaire, et en s’assurant que sa scolarité ne soit pas mise en péril.

À Saint-Denis, le 13 décembre 2016,
Sud Education 93