SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Enquête : souffrance au travail
Article publié le 3 octobre 2014

La souffrance au travail devient préoccupante dans l’Education nationale, qui connaît un taux de suicide largement supérieur aux autres professions.

Cette souffrance touche les enseignants, mais aussi les autres catégories de personnel. Lacampagne « Et voilà le travail » initiée par la fédération SUD Education est relayée par SUD Education Créteil par une campagne sur le registre de santé et de sécurité au travail

Les représentants de SUD Education au CHSCT du 93 proposent cette enquête pour faire remonter les situations concrètes de souffrance vécues au quotidien.


Il est possible de rajouter toutes les situations voulues en réfléchissant aux quatre axes suivants, il est également possible de sortir de ces axes !

1. Le cadre d’emploi (est-ce que tout ce qui m’est demandé fait partie de mon cadre d’emploi ou est-ce qu’on me demande des tâches bien supérieures en nombre ou différentes en qualification que le niveau de salaire le justifierait ?)
2. La superposition de polyvalence (est-ce que je me retrouve souvent à faire deux tâches de nature différente en même temps pour pallier au manque de personnel ?) (être polyvalent c’est être capable de faire des tâches différentes, être superposé c’est lorsque l’employeur exige qu’elles soient faites en même temps)
3. La confusion (est-ce que mon emploi du temps et mes responsabilités sont clairement définies par écrit, ou bien est ce qu’on me demande « par gentillesse », « pour aider la collègue », « parce que c’est comme ça » d’effectuer des tâches pour lesquelles je ne suis pas payé ?)
4. La mise en danger (est-ce que l’absence d’organisation, de structure de réflexion, de documents écrits préparatoires, de formation, de moyens... ne finit pas par mettre en danger moi-même, les collègues de ma profession, les collègues des autres professions de l’école, les enfants, leurs parents ?